Germain-Defresne – Robespierre – Mario-Capra : Les Vitriots dessinent leur avenir

16-10-14 Atelier NPRU - AB-8Atelier de concertation au conseil de quartier de Commune de Paris, le 14 octobre 2016.© Alex Bonnemaison

Coeur de ville

Publiée le 28 octobre 2016

Vitry défend un projet qui a pour ambition d'améliorer la vie des Vitriots de Germain-Defresne à Mario-Capra en passant par Robespierre. Il se nourrit des aspirations des habitants exprimées depuis de nombreuses années. Sur cette base, la ville a élaboré une proposition qui a été retenue par l’Agence nationale de rénovation urbaine comme un des 200 sites prioritaires. Depuis le mois de septembre, entre conseils et fêtes de quartier, du Centre-ville au 8-Mai-1945 en passant par Commune-de-Paris, les propositions fusent pour en écrire l’avenir en termes économiques, d’habitat, de services publics et de circulations, entre autres, à l’heure de l’arrivée du métro.

Elle pose un petit drapeau orange pour situer la partie de son quartier qu’elle  voudrait voir évoluer. Son oriflamme, qui pointe un lieu non éclairé la nuit et donc insécurisant, rejoint la trentaine qui orne la carte grand format de Commune-de-Paris, à l’issue de la fête de quartier.

Pendant tout l’après-midi, les habitants participants ont pu contribuer à  l’élaboration du nouveau programme de rénovation urbaine (NPRU) sur le coeur de Vitry. Ce projet couvre Germain-Defresne et Henri-de-Vilmorin, la dalle  Robespierre, le secteur de Lucien-Français à Mario-Capra ainsi que le  8-Mai-1945. Un périmètre où vit 1 Vitriot sur 4.

Sur ce secteur, les citoyens ont depuis longtemps fait partager des attentes lors de leurs rencontres avec les élus ou dans les conseils de quartier. Ces attentes  ont permis de construire le dossier que la ville a présenté et qui a été retenu par l’Agence nationale de rénovation urbain e (ANRU), ouvrant droit, notamment, à des financements.

Dans les années à venir, ce périmètre va donc faire l’objet d’un projet de réaménagement mené avec l’ANRU, les partenaires publics (conseil départemental, territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre de la métropole du Grand Paris…), privés et associatifs qui vont s’y impliquer.

Multiplier et diversifier les échanges

Pour que la transformation du quartier corresponde aux attentes des habitants, la ville a souhaité les écouter, dès la phase de diagnostic, qui court jusqu’à la fin de l’année. Pour que le plus grand nombre de Vitriots puisse exprimer ses idées et  participer aux décisions, la municipalité s’appuie sur des professionnels :  l’agence CapaCités.

16-09-13-conseil de quartier du centre ville-MA  20 Atelier concertation au conseil de quartier du Centre-ville du 13 septembre 2016.© Michel AumercierDepuis le conseil de quartier Centre-ville, le 13 septembre dernier, les initiatives d’échanges avec les Vitriots se multiplient et se diversifient. Le 6 octobre, le conseil de quartier Paul-Froment/8-Mai-1945 était à son tour invité à plancher par ateliers. Le 25 septembre, retour au Centre-ville pendant la fête de quartier.

Un Vitriot  intervient : “Quand je passe devant la gare du centre et que je ne vois aucun vélo dans le parking prévu à cet effet, ça me fend le coeur”.

Il propose, avec son petit drapeau jaune, de créer une piste cyclable depuis la gare RER jusqu’à la future gare Vitry-centre du métro Grand Paris Express. Les intentions de la ville  autorisent les contributions les plus diverses. Et les propositions ne manquent pas.

Selon la volonté des élus, elles seront au coeur de la convention que signeront la ville et l’ANRU à la mi-2018, une convention qui traduira en actes les mots des habitants. Pour les élus, ce nouveau projet ambitionne de porter, notamment, le développement économique et commercial du secteur, et donc de continuer à redynamiser l’emploi dans une partie de la ville où le chômage peut atteindre les 19 %.

Il doit proposer un cadre de vie amélioré avec, entre autres, des espaces et des  ervices publics de qualité. Entre le Mac Val, le théâtre municipal Jean-Vilar, l’hôtel de ville, le commissariat, les équipements publics sont déjà nombreux et  constituent un point d’appui pour impulser une nouvelle dynamique dans le  secteur.

Des circulations plus fluides et une offre de stationnement suffisante sont aussi au coeur du projet. Lequel porte une ambition environnementale forte,  notamment au travers de l’affirmation de la trame verte et bleue. Autant de  principes sur lesquels le maire s'appuiera pour porter les débats.

Les sujets à aborder sont très nombreux et ne concernent pas uniquement l’amélioration de l’offre de logements et d’habitat”, souligne Karine Hameau, responsable du dossier au sein des services municipaux.

16-09-17 Fete de quartier Commune-de-Paris - AB  1 sur 32   12 Exposition du projet à la fête de quartier Commune-de-Paris, le 17 septembre 2016.© Alex BonnemaisonDans la salle Raymond-Jeannot, au 8-Mai-1945, la trentaine de participants liste, par petits groupes, ses espoirs et ses inquiétudes, ses suggestions de priorités,  et fait une proposition concrète. Un exercice pratiqué dans les conseils de quartier Centre-ville et Commune-de-Paris, où la concertation est une réalité  depuis plusieurs années.

Après une grosse demi-heure de travail, chaque atelier restitue le fruit de ses réflexions.

Nos espoirs : une vraie mixité dans le logement et du travail pour nos jeunes, résume Linda, qui apprendra dans cette réunion que le taux de chômage des 18-25 ans peut atteindre 40 % par endroits à Vitry. Notre inquiétude : la  durée du projet alors que nous avons déjà beaucoup de chantiers en cours. Une  priorité : la sécurité.”

Au Centre-ville, une proposition émerge, portée par Christophe : “Des espaces verts fonctionnels, comme des terrains de sport, ou d’autres destinés aux  enfants”.

Les élus prennent des notes. “Nous sommes là pour écouter”, rappelle Dominique Étave, adjointe au maire pilote sur le NPRU. Les membres des  conseils de quartier sont aussi invités à réfléchir sur les façons d’élargir le  nombre de participants à la concertation.

Il y a le bouche à oreille, suggère Alain, au Centre-ville. C’est à nous d’en parler à nos voisins, par exemple.

D’autres proposent d’aller  voir les jeunes, de manière spécifique. En ce mois de novembre, des balades dans l’ensemble des quartiers concernés par le nouveau  projet de rénovation urbaine vont être organisées.

Elles permettront de mettre en  oeuvre la préconisation d’un des habitants de Commune-de-Paris : “Aller au pied des immeubles à la rencontre de celles et ceux qui ne viennent pas aux réunions du conseil de quartier”.

Très prochainement, la Maison des projets et ses agents iront au coeur des  quartiers, pour que chacun puisse, notamment, continuer d’apporter sa pierre à  un projet qui rayonne largement au-delà de son périmètre.

L'intérêt général, une  priorité

La particularité de ce qu’il se construit, c’est que le coeur de ville  concerne tous les Vitriots”, souligne Nicolas Ermisse, chargé de projet NPRU. La formation et l’emploi y trouveront pleinement leur place.

En ce sens, Michel  Leprêtre, adjoint au maire chargé de l’Urbanisme, a défendu le principe, lors des  premières rencontres avec les habitants en juin 2015, que les retombées économiques bénéficient directement aux Vitriots, notamment lors de la phase travaux. C’est d’ailleurs un des arguments forts qui ont alimenté la note d’intention que la ville a présentée à l’ANRU et qui a été validée.

La première expérience de rénovation urbaine menée à Balzac-Touraine-Marronniers contribue également à la crédibilité du nouveau dossier déposé par la  ville fin 2014, même si les deux projets ne sont pas comparables. La  dimension économique du NPRU n’échappe à personne.

Lors de la réunion du conseil de quartier Centre-ville, un des ateliers a proposé que “les cellules vides en rez-de-chaussée puissent accueillir des activités liées à  l’économie sociale et solidaire, particulièrement sur la dalle Robespierre”. 

Ailleurs, on se préoccupe du devenir du Simply Market et du centre commercial  qui l’entoure. Au-delà de la ville et de ses habitants, de nombreux partenaires  sont ou seront impliqués dans cette reconstruction du coeur de ville, au sens large du terme, sur lui-même.

“La volonté des élus est que le nouveau projet de rénovation urbaine s’appuie sur le tissu local et associatif qui constitue la richesse du territoire”, souligne encore Karine Hameau.

Défendre des principes et l’intérêt général, affirmer une volonté, c’est le rôle que les élus se réservent dans la construction du nouveau projet de rénovation  urbaine.

Le projet n’est pas arrêté, il se construit avec les habitants et s’appuie sur des  lignes forces”, relève Isabelle Lorand, adjointe au maire déléguée à la  Citoyenneté.

Parmi ces lignes forces, le fait que la rénovation de l’ensemble Germain-Defresne, Robespierre et Mario-Capra ne sera pas l’occasion de déplacer les Vitriots qui y vivent. L’arrivée du métro Grand Paris Express et du tramway T9  nourrissent des inquiétudes.

On a peur que ça fasse s’envoler les prix des loyers”, a-t-on pu entendre lors du  conseil de quartier Centre-ville.

Dans ce secteur de la commune, le revenu moyen est inférieur de près de 5 000 euros par an à celui de la ville, une hausse des loyers serait difficile à supporter  pour les locataires. Dans un secteur qui compte 7 500 logements, dont environ 50 % de logements sociaux, “il y a certes des besoins de requalification des logements, et les études en cours doivent nous aider à construire les  propositions d’intervention”, explique Karine Hameau.

Métro et tramway bénificieront à tous les Vitriots

Pour la municipalité, le développement des transports en commun doit, au contraire, être une opportunité pour tous les Vitriots, ceux qui vivent déjà ici et ceux qui s’y installeront dans l’avenir.

160418-SL-18Le quartier du Centre-ville : la rénovation du quartier se fera avec et pour ses habitants. Il ne sera, en aucun cas, l'occasion de déplacer les Vitriots qui y vivent.© Sylvain LefeuvreC’est dans ce cadre qu’il faut apprécier la mutation du coeur de ville. D’une  certaine manière, elle bénéficie de chantiers déjà lancés. Il en va ainsi de la   construction du métro Ligne 15 sud et du tramway T9, déjà évoquée, mais aussi de celle du nouveau centre aquatique.

Ces chantiers contribuent à affirmer la place des services et des équipements publics dans ce coeur de ville appelé à évoluer. Enfin, ils participent aussi à  crédibiliser les orientations données au nouveau projet de rénovation urbaine. Si les lignes structurantes de ce dernier sont bien visibles, les Vitriots sont invités à dessiner la dentelle qui les reliera entre elles.

Questions / réponses : Dominique Étave, adjointe au maire, pilote du nouveau programme de rénovation urbaine

  • La concertation autour du nouveau programme de rénovation urbaine en coeur de ville a commencé. Qu’en attendez-vous ?

Dans cette période d’études, un des neuf axes de travail est dédié à  l’information et à la concertation. Notre volonté est que le plus grand nombre  de personnes participe aux échanges. Les conseils de quartier sont une  occasion pour ça, les balades urbaines sont une autre opportunité, les  rencontres directes avec les habitants aussi… Je souhaite que le plus  possible des personnes concernées puissent exprimer leurs attentes, leurs espoirs, mais aussi leurs inquiétudes.

Nous travaillerons ensuite à intégrer  ces éléments dans notre projet.  L’orientation de la municipalité est bien de construire ensemble et donc de  faire les choix ensemble. Je suis très marquée par la qualité des  interventions des Vitriots sur leur cadre de vie, sur les équipements, sur leur  attachement à la ville et sur leur volonté de ne pas être exclus de l’évolution de la ville.

  • Beaucoup de craintes se sont exprimées sur ce sujet. L’arrivée des  transports en commun a souvent pour conséquences de déplacer les populations.

Le projet de rénovation urbaine doit bénéficier – en premier lieu – aux  habitants qui sont là. C’est aussi pour cela qu’il doit être construit avec eux.  Nous avons une particularité à Vitry, c’est que les quartiers les plus denses sont en coeur de ville. À proximité des services publics, des transports pour l'obtention desquels nous nous sommes battus…

  • Une des questions clés pour ces quartiers est l’emploi.

Pour faciliter l’accès  à l’emploi et les déplacements, de  manière générale, nous avons voulu un site propre pour le bus 183 puis nous nous sommes    mobilisés pour obtenir le tramway et le métro.

Tous les chantiers engagés : métro, tramway, rénovation urbaine doivent profiter aux Vitriots en termes de formation, d’insertion et d’emploi, en  particulier grâce aux clauses d’insertion dans les marchés publics qu’il  faudra veiller à faire appliquer.

Dossier réalisé par la rédaction
Pour Vitry le Mensuel de novembre 2016

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • Y
  • Q
  • U
  • 7
  • Q
  • P
  • G
  • X

*Champs obligatoires

plus d'infos

EN CHIFFRES

20 000
Le nombre de Vitriots habitant dans le secteur du nouveau projet de renouvellement urbain (NPRU).

7 500
Le nombre de logements.

50 %
La part de logements sociaux.

19 %
Le taux de chômage dans le périmètre du NPRU.

EN SAVOIR PLUS

Maison des projets :
128, av. Paul-Vaillant-Couturier
- mardi, jeudi, vendredi de 13h30 à 17h ;
- mercredi de 10h à 17h ;
- jeudi soir et samedi en fonction des animations,
01 46 81 92 87

Site de la ville dédié aux projets urbains

Site de l’Agence nationale de rénovation urbaine

Site du territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre de la métropole du Grand Paris

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer