Temps fort pour le projet coeur de ville

17-03-20 Projet Coeur de Ville - AB  25 sur 37 Le temps fort du projet Cœur de ville, du 20 mars, a été l’occasion de partager un diagnostic à la construction duquel des centaines de Vitriots ont participé.© Alex Bonnemaison

Coeur de ville

Publiée le 21 mars 2017 - Mise à jour le 23 mars 2017

Il y a eu du monde à l’hôtel de ville lundi 20 mars. Ce temps fort du projet Cœur de ville a été l’occasion de partager un diagnostic à la construction duquel des centaines de Vitriots ont participé. Les présents ont commencé à faire émerger leurs priorités. Impressions en vidéo.

 "Et, concrètement, comment on gère les squats dans les halls d'immeubles, notamment à Commune de Paris ?" Evidemment, le  projet Cœur de ville (la rénovation urbaine du secteur Centre-ville, Mario-Capra, 8-Mai-1945, Vilmorin, Germain-Defresne et Robespierre) ne peut régler tous les problèmes, Mais cette interpellation témoigne qu'aucun sujet n'a été écarté ce 20 mars, à l’hôtel de ville.

Plus de 130 personnes ont finalement répondu présents pour assister à la restitution du diagnostic coélaboré avec les Vitriots et commencer à réfléchir sur les priorités qui s’en dégagent. 

Les enjeux sont importants. Le périmètre comprend :

  • 165 hectares dans quatre quartiers ;
  • 30 000 habitants soit près d’un habitant sur trois ;
  • 11 000 logements répartis entre 14 résidences de logement social et 12 copropriétés.

Depuis le mois de septembre 2016, la construction partagée du diagnostic est allée bon train. Elle s’est traduite par des initiatives diverses, des plus classiques aux plus originales :

  • réunion dédiée des conseils de quartiers ;
  • stand durant les fêtes de quartier ;
  • balades urbaines ;
  • “aller vers” : les animateurs de la concertation se sont rendus à la rencontre des habitants qui ne participent pas aux autres rencontres.

“Cette soirée constitue donc une étape, a rappelé Dominique Étave, adjointe au maire et pilote du projet Cœur de ville au sein de la municipalité. J’insiste, mais il est très important, pour que ce projet réponde à vos aspirations, que le plus grand nombre possible de Vitriots s’en empare.”

La rencontre de lundi s’est articulée en trois groupes de travail, composés d’habitants, d’élus et de professionnels. Chaque groupe s’est organisé en tables pour que chacun puisse prendre la parole.

> Le premier groupe a porté sur le logement, l’habitat et le cadre de vie, notamment la gestion des déchets.

> Le deuxième a évoqué les mobilités, les déplacements, le stationnement, mais aussi la nature en ville.

> Le dernier s’est consacré à l’emploi, au développement économique et au commerce ainsi qu’à la vie associative.

Avec chaque fois, le même mode d’emploi :

  • vérifier que tout le monde partage le diagnostic ;
  • faire émerger des priorités d’action ;
  • attirer l’attention sur les points sensibles.

Il faut reconnaître que chacun a joué le jeu. Après une présentation du diagnostic sur le thème du groupe de travail, le débat s’est rapidement engagé. Et il a été franc.

Ainsi, dans l’atelier portant sur le logement, Christian regrette que le diagnostic “laisse de côté la résidence au 15-17 Barbusse, soit 250 familles, et une augmentation des loyers impayés qu’on ne connaissait pas il y a dix ans. Cela montre les difficultés sociales des locataires”.

Dominique Étave répond en précisant que, si l’État ne l’a pas intégrée dans les quartiers prioritaires, cette résidence fait bien partie du périmètre des études du projet Cœur de ville.

Aucune parole n’est sacrée, si ce n’est celle des habitants. Ainsi, l’animatrice du groupe de travail sur le logement et le cadre de vie se fait rappeler à l’ordre quand elle évoque la responsabilité des bailleurs.

“Le savoir-vivre, le respect et la politesse, ce n’est pas aux bailleurs que ça appartient”, relève une locataire.

Du coup, une professionnelle détaille ce qu’est la gestion urbaine de proximité : une action menée en partenariat pour améliorer le quotidien et la qualité du cadre de vie des habitants, et qui les inclut comme des acteurs de la démarche. C'est une des actions qui pourrait permettre de gérer la question délicate des squats dans les halls d'immeuble. Entre autres.

En matière de propositions, les habitants ont suivi à la lettre le conseil qui leur a été donné : ne pas se limiter.

Ainsi, une des tables de l’atelier sur la nature en ville propose de remettre du vert sur la dalle Robespierre, “même si elle est partagée en 7 lots avec autant de propriétaires différents, on doit pouvoir y arriver”. Et de préciser : “Il faut y intégrer des jeux pour les enfants aussi”.

Un autre participant demande l’assurance que la future gare de métro à côté du parc du Coteau-Marcel-Rosette soit bien intégrée dans cet ensemble, notamment par “la végétalisation de son toit”.

Quant aux points d’alerte, ils ne sont pas laissés de côté. En matière de logement, les participants insistent : “Il ne faut pas bétonner plus !” Dans le groupe de travail sur le développement économique, les Vitriots partagent une autre préoccupation :

“Il faut veiller à ce que les entreprises qui vont s’installer sachent qu’il existe des compétences à Vitry et que, nous aussi, nous pouvons leur apporter nos savoir-faire”.

Le débat a duré plus de 2 heures. Mais chacun en est convaincu : ce n’est qu’un début.

Nathanaël Uhl

Projet Coeur de ville : atelier de ...

Lundi 20 mars 2017 : temps fort du projet Cœur de ville pour partager un diagnostic à la construction duquel des centaines de Vitriots ont participé. Les présents ont commencé à faire émerger leurs priorités.
Plus de 130 personnes ont finalement répondu présents pour assister à la restitution du diagnostic coélaboré avec les Vitriots et commencer à réfléchir sur les priorités qui s’en dégagent.

Les enjeux sont importants. Le périmètre comprend :
- 165 hectares dans quatre quartiers ;
- 30 000 habitants soit près d’un habitant sur trois ;
- 11 000 logements répartis entre 14 résidences de logement social et 12 copropriétés.

Depuis le mois de septembre 2016, la construction partagée du diagnostic est allée bon train.
© Demain ! - Mairie de Vitry-sur-seine

Date de création : 22/03/2017

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • A
  • 9
  • 2
  • X
  • 1
  • 6
  • 7
  • 8

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer