Hôtel de ville : visite guidée

La ville vous propose de découvrir autrement notre "maison commune" dénommée désormais "hôtel de ville". Retour en image. Exposition sur l’hôtel de ville, sur la mezzanine, du 16 septembre au 25 novembre et visites guidées des coulisses de la mairie les 23 et 24 septembre.

Devenez visiteur de votre maison commune !

La mezzanine de la mairie accueille l’exposition "l’Hôtel de ville : une architecture originale et fonctionnelle au service des Vitriots". “François Girard a su concilier une architecture traditionnelle s’inscrivant dans le paysage urbain, un agencement fonctionnel pensé pour l’accueil des usagers et l’intégration d’oeuvres d’art”, souligne Sophie Espuna, chef du service Archives et documentation et pilote de l’exposition.
Deux films y sont diffusés :

  • "Un hôtel de ville pour tous" de Dominique Gros de 1985, qui a suivi le chantier de construction du bâtiment jusqu’à son inauguration ;
  • un film de Christine Bessard de 2011 qui revient, vingt-cinq ans plus tard, sur la genèse du projet à travers l’interview des différents protagonistes.

Des visites guidées sont proposées, des vitraux en passant par les salles civiques et leurs oeuvres d’art jusqu’au bureau du maire, (inscription au 01 46 82 82 46) :

  • vendredi 23 septembre à 18h
  • samedi 24 septembre à 15h et 16h30


Rencontre le Jeudi 22 septembre à partir de 19h : une rencontre est organisée avec

  • François Girard, l’architecte,
  • Jacques Loire, le maître verrier,
  • Paul Mercieca, le député-maire honoraire, 
  • Alain Audoubert, le maire.

Une maison peu commune

Malgré son jeune âge, vingt-six ans, l’hôtel de ville a su s’inscrire dans l’histoire de la ville. Briques rouges, vitraux… incitation à la visite.


C’est sous le regard de l’hôtel particulier qui devint la maison commune en 1853, et qui désormais abrite le service municipal de la Jeunesse et le Sub, que siège l’hôtel de ville revêtu de briques rouges, que nous connaissons et côtoyons. La volonté de sa construction répondait à un souhait de la municipalité, sous la houlette de son maire Pierre Mercieca, d’offrir aux Vitriots un “lieu public unique d’accueil”, un lieu commun, partagé.

Fort symbole architectural, alliant culture et pragmatisme, sa construction répondait avant tout à une nécessité. Vitry s’accroissait, devenant une ville majeure dans le paysage national, il fallait pouvoir répondre aux besoins administratifs des Vitriots. Dès les années cinquante, les projets fusent. Si l’architecte Mario Capra l’avait d’abord imaginé comme un parallélépipède de verre, son décès mis fin à cette esquisse d’entreprise novatrice.

D’autres projets furent abandonnés, faute de moyens, faute de consensus. C’est en 1981 que celui de François Girard est accepté. Architecture géométrique, hall colossal, escaliers monumentaux, arcades, coupoles… Quatre octogones répartis sur trois étages accueillent depuis 1983 les usagers, zone jaune, bleue, verte… “La mairie” écoute, renseigne, aide chacun.

Conçue comme une ruche, aux alvéoles multiples, elle tente de répondre à vos attentes. Mais ouvrons les portes de notre maison commune. Le hall parcouru, vous découvrez à droite la salle du conseil et celle des mariages. Tout de bois habillées et meublées, on y respire, sans faste, la solennité, le cérémonieux. En tendant l’oreille on peut entendre l’écho des voix de tous ceux qui ont œuvré et perpétuent résolument leur détermination pour que Vitry soit et reste une ville solidaire et le doux murmure de ceux qui se sont promis l’un à l’autre.

Mais le bâtiment offre au regard de ses visiteurs une autre résonance. Habité par l’art financé par le 1 % culturel, il suggère, invite le regard au beau. Source de lumière et de couleurs au moindre rayon de soleil, l’ensemble des huit vitraux inventés et réalisés par Valério Adami évoque des figures emblématiques rappelant que ce lieu est celui où sont célébrés les actes importants de la vie citoyenne, sans mysticisme outrancier et dans le respect des croyances et de la culture de chacun.

Dans la salle du conseil, point de traditionnel buste de Marianne mais une œuvre du peintre Yvaral. Sa Marianne côtoie le tableau de Ladislas Kijno artiste philosophe, hommage à Ho-Chi-Minh… Salle des mariages, ce sont deux mains d’acier enchevêtrées réalisées par Ernest Pignon-Ernest, qui évoquent les serments partagés, sous l’œil d’une Marianne, là, bien traditionnelle.

  • Depuis 1853, cet hôtel particulier tenait lieu de maison commune.
    Depuis 1853, cet hôtel particulier tenait lieu de maison commune.
    © Service archives documentation - ville de Vitry-sur-Seine
  • Le bâtiment abrite désormais le service municipal de la jeunesse et le SUB, salle du pôle municipal des musiques actuelles.
    Le bâtiment abrite désormais le service municipal de la jeunesse et le SUB, salle du pôle municipal des musiques actuelles.
    © Sylvain Lefeuvre
  • En 1985, Pierre Mierceca inaugure le nouvel hôtel de ville.
    En 1985, Pierre Mierceca inaugure le nouvel hôtel de ville.
    © Service archives documentation - ville de Vitry-sur-Seine
  • En 1986, l'ancienne mairie est déplacée,
    En 1986, l'ancienne mairie est déplacée,
    © Service archives documentation - ville de Vitry-sur-Seine
  • pour rejoindre son emplacement actuel.
    pour rejoindre son emplacement actuel.
    © Service archives documentation - ville de Vitry-sur-Seine
  • Elle traverse ce qui deviendra l'avenue Roger Derry.
    Elle traverse ce qui deviendra l'avenue Roger Derry.
    © Service archives documentation - ville de Vitry-sur-Seine
  • elle siège désormais auprès de la poste principale du centre ville.
    elle siège désormais auprès de la poste principale du centre ville.
  • La construction du nouveau bâtiment répondait à l'explosion démographique de la ville.
    La construction du nouveau bâtiment répondait à l'explosion démographique de la ville.
    © Service archives documentation - ville de Vitry-sur-Seine
  • C'est en 1981 que l'architecte François Girard obtient le feu vert pour sa réalisation.
    C'est en 1981 que l'architecte François Girard obtient le feu vert pour sa réalisation.
    © droits réservés
  • Quatre octogones, répartis sur quatre niveaux accueillent depuis 1985 les usagers vitriots.
    Quatre octogones, répartis sur quatre niveaux accueillent depuis 1985 les usagers vitriots.
    © Sylvain Lefeuvre
  • Bâtiment monumental, hall colossal, arcades s'offrent au regard.
    Bâtiment monumental, hall colossal, arcades s'offrent au regard.
    © Sylvain Lefeuvre
  • Le nouveau bâtiment habité par l'art, suggère et invite au "beau". Comme ici, dans la salle des mariages les mains enchevçetrées de Ernest Pignon-Ernest.
    Le nouveau bâtiment habité par l'art, suggère et invite au "beau". Comme ici, dans la salle des mariages les mains enchevetrées de Ernest Pignon-Ernest.
    © Sylvain Lefeuvre
  • Valério Adami réalise des vitraux aux figures emblématiques, sources de lumière.
    Valério Adami réalise des vitraux aux figures emblématiques, sources de lumière.
    © Sylvain Lefeuvre
  • Salle du conseil, une oeuvre du peintre Yvaral, trasfigure la Marianne qui recèle un écran vidéo.
    Salle du conseil, une oeuvre du peintre Yvaral, trasfigure la Marianne qui recèle un écran vidéo.
    © Michel Aumercier
  • Sa Marianne côtoie l'oeuvre de Ladislas Kijno en hommage à Ho-Chi-Minh.
    Sa Marianne côtoie l'oeuvre de Ladislas Kijno en hommage à Ho-Chi-Minh.
  • Exposition du 16 septembre au 25 novembre à l'hôtel de ville. Visite guidée des "coulisses" les 23 et 24 septembre.
    Exposition du 16 septembre au 25 novembre à l'hôtel de ville. Visite guidée des "coulisses" les 23 et 24 septembre.
    © Sylvain Lefeuvre
 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Clé de validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série.

  • M
  • I
  • V
  • 2
  • E
  • 1
  • 7
  • V

*Champs obligatoires

Page publiée le 26 août 2011 - Mise à jour le 28 janvier 2014

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer