Les Fêtes

    A Vitry, la petite place face à l'église Saint-Germain, porte dans certains actes notariés des siècles précédents, le nom de "place où l'on fait la fête"…
    "L'état des communes", paru en 1905, signale, au début du XIX° siècle, dans Vitry, deux fêtes communales, l'une dans le parc de la mairie (dite de Vitry-Centre ou de St-Germain), l'autre à Vitry-Port, sur la place de la gare. Chacune de ces fêtes durait 15 jours.
    Celle de Vitry-Centre, qui devait aussi honorer Saint-Germain,le saint-patron de Vitry, avait été institutée en 1807, par Louis-François Bouquet, maire de la commune. Elle eut lieu, pour la première fois, le dimanche 24 mai et se reproduisit les derniers dimanches de Mai.
    C'est au cours de cette fête, que fut remis, à partir de 1898, et grâce aux legs de la famille Defresne, le prix de la Rosière à une jeune fille "pauvre et méritante" de Vitry.

    Ces fêtes, auxquelles participaient les commerçants, les associations sportives et musicales, donnaient lieu à des épreuves sportives (joutes sur la Seine, concours de tirs, démonstrations de gymnastique), des bals sous tente, des jeux forains (très prisés en ce début de siècle!), des spectacles théâtraux, des concerts "d'artistes parisiens" et attiraient un public nombreux de vitriots et des communes voisines.
    Au cours de l'année, d'autres fêtes pouvaient avoir lieu, à l'initiative du maire (exposition horticole) ou d'associations, comme "La Fraternelle de Vitry-Port" dont les concerts permettaient aussi de réunir des fonds pour le Bureau de bienfaisance ou la Caisse des écoles.
    Le saint-patron des jardiniers, horticulteurs et pépiniéristes, en grand nombre dans le Vitry de ces années là, était fêté, fin août : une procession derrière la bannière de Saint-Fiacre se déroulait dans les rues de Vitry, et les réjouissances attendues avaient lieu dans le parc de la mairie:  exposition d'horticulture, distribution de bouquets, bals et concerts.
    Cette fête était suivie par la fête de l'Industrie et du Commerce, organisée, elle aussi, dans le parc de la mairie : les artisans et commerçants de Vitry y exposaient leur production.
    Les artisans et commerçants se réservaient une autre fête (très particulière), celle des  "Pas Grincheux" : une fois par an, en juillet, les hommes se retrouvaient entre eux pour une escapade dans les environs de Paris!

    Riche de ces traditions festives et, dans une ville en pleine transformation, la municipalité décida en 1962 de créer une fête populaire dont le nom rattacherait Vitry et sa population, chaque année nouvelle, à une tradition de son territoire.La première fête se déroula en avril 1962, et malgré une situation météorologique désastreuse, le public vitriot, au rendez-vous, fit un succès de cette première édition : défilés de chars et de fanfares, élection de la Reine des Lilas, galas d'artistes, matinée enfantine, quinzaine commerciale, la Fête du Lilas avait trouvé son esprit et sa forme.
    Chaque année, le thème de la fête change : années de l'olympisme, du bi-centenaire, de la Libération, de la Paix, des cinq sens. Par l'implication des quartiers, des associations, avec ses défilés, ses aubades, grâce à sa diversité et ses 15 jours d'animations et de découvertes, la fête a envahi la ville et, de "Fête du Lilas" au singulier, elle est devenue : Fêtes du Lilas." au pluriel…san rien perdre de sa singularité!

    Page publiée le 15 mars 2010 - Mise à jour le 23 février 2017

    Partager sur :

    Facebook Twitter

    Envoyer:

    Envoyer