Les pépiniériste, le passé agricole de la commune

    Jusqu’aux premières décennies du vingtième siècle, une grande partie des vitriots, hommes et femmes, travaillaient la terre, soit en tant que propriétaires, soit comme ouvriers agricoles, souvent dans des conditions très dures. Leurs garçons apprenaient les techniques agricoles à l’Ecole Fruitière que l’on voit sur le plan de 1900, à l’emplacement du jardin de la Bibliothèque et de l’hôtel de ville.

    Comme partout on cultivait ici le  blé, l’orge et autres céréales, ainsi que la vigne, mais la grande spécialité de la commune, depuis le 14ème siècle, c’était la culture des arbres fruitiers et d’ornement. La ville portait le surnom de « Vitry-aux-arbres ».
    L’agronome François de Calonne, dans son « Traité d’agriculture en forme d’entretiens » publié en 1779 décrit par le menu la vie des habitants et leurs travaux agricoles.

    Dans le Cahier de doléances, on peut voir l’importance que prenait pour les habitants la destruction des lapins qui grignotaient les jeunes pousses d’arbres. Un autre ennemi des cultures était le hanneton.
     De véritables dynasties de pépiniéristes ont de père en fils, créé de nouvelles variétés et produit des jeunes arbres qui étaient ensuite vendus en France et parfois à l’étranger. Certains des beaux arbres du Parc du Coteau sont des survivants de la pépinière qui existait à cet endroit.

    Leurs noms nous sont encore familiers : Crétté, Defresne, Lamy, Vilmorin, Chatenay, Gervais, Gravereaux. Certains d’entre eux sont mondialement connus. Des variétés de végétaux portent leurs noms, soit parce qu’ils les ont eux-mêmes créé, soit parce qu'on leur a dédié une nouveauté à titre d’hommage. C’est le cas par exemple d’Abel +Chatenay+. Les pépiniéristes de Vitry ont organisé une exposition internationale en 1902.

    A la fin du 19ème siècle, ces cultures sont complétées  par le forçage du lilas. Le progrès des techniques et la culture sous serres permettaient d’avoir du lilas fleuri à Noël .

    Jules Gravereaux

    Petit fils d’un pépiniériste Cyr-Jean Gervais, Jules Gravereaux est né à Vitry en 1844. D’abord employé de commerce en 1864, puis négociant et pour finir administrateur du Bon Marché, il va faire fortune. En 1892, il achète une propriété à L’Hay.
    Il va y commencer une collections de roses en 1894, en 1900 il fait paraître un catalogue des 3000 rosiers cultivés à L’Hay, un second catalogue en 1902 en présente 7000 .
    Il participe à la création pour la ville de Paris de la roseraie de Bagatelle, puis à la reconstitution de la roseraie de l’impératrice Joséphine à la Malmaison.
    La renommée nationale et internationale de sa roseraie est telle que les élus de L’Hay obtiennent en 1914 la transformation du nom de la commune en L’Hay-les-roses. Jules Gravereaux officier de la Légion d’Honneur décédera en 1916.
    Cette roseraie appartient aujourd’hui au Département du Val de Marne, pour pouvoir continuer à accueillir les nouvelles variétés de roses qui sont créées, elle va être prolongée sur le territoire de Vitry dans le parc des Lilas

    Les Chatenay

    De très nombreux Chatenay ont vécus à Vitry, beaucoup étaient pépiniéristes et horticulteurs. Deux d’entre eux sont célèbres.
    Chatenay , dit le Magnifique a créé une variété de cerises vers 1795, elle est connue sous diverses appellations : Belle Magnifique, Belle de Chatenay, Belle de Magnifique. C’est une variété tardive, ces fruits sont mûrs en fin de saison.Cette variété est encore en vente dans les jardineries.
    Abel Chatenay est né en 1850 mort en 1931 à Vitry. Fils d’un pépiniériste, il prendra la direction de l’établissement à la mort de son père en 1887, où tout en continuant la production des arbres fruitiers, il cultivera du Lilas.
    Membre de la Société Nationale d’Horticulture, il en devient vice-président. Il participa à des très nombreuses expositions dans de nombreux pays dont l’Exposition Universelle en 1900 à Paris. Il fut commandeur du Mérite Agricole et de la Légion d’Honneur, il reçu également des décorations de pays étrangers.
    A titre d’hommage, de très nombreux végétaux porte son nom ou celui de sa femme, lilas, nénuphar… et en particulier une rose très célèbre par sa nuance : la rose Mme Abel Chatenay.

    Page publiée le 11 mai 2012 - Mise à jour le 23 février 2017

    Partager sur :

    Facebook Twitter

    Envoyer:

    Envoyer