Les colonies de vacances de Vitry (août 2018)

Pause en images

En cette période estivale, où beaucoup d’enfants partent en colonie de vacances, le service Archives-Documentation propose une rétrospective de ces séjours.  

Le concept des colonies de vacances apparaît en Suisse à la fin du XIXe siècle. Cette idée s’étend peu à peu à toute l’Europe et évolue dans sa forme au fil des ans. Jusqu'aux années 1920, l’objectif principal est de permettre aux enfants des milieux défavorisés de "se refaire une santé" à la mer ou à la campagne. Sur la période d’entre deux-guerres, une fonction pédagogique est introduite en plus de la prévention sanitaire.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les colonies poursuivent leur évolution en tant que structures collectives d’éducation et de socialisation de la jeunesse. Elles connaîssent un vif succès jusqu’au début des années 1980 tant pour les plus défavorisés que pour les classes moyennes.  

Les origines des colonies à Vitry-sur-Seine

L’organisation de colonies scolaires démarre à Vitry-sur-Seine au début du XXe siècle mais la municipalité ne possède pas encore de centre dédié aux séjours des enfants qui sont soit placés dans des familles à la campagne ou logés dans des centres appartenant à d’autres institutions. Ainsi, le département de la Seine, met à disposition des villes de banlieue l’établissement de Mers-les-Bains acheté en 1897.

Le 22 juin 1919, le conseil municipal de Vitry-sur-Seine accepte la donation faite à la commune par Mme Veuve Groult, d’une propriété à Brighton (commune de Cayeux-sur-Mer) à l’usage de la colonie scolaire de la fondation Groult qui œuvrait pour les enfants pré tuberculeux. La donation est acceptée afin de pouvoir accueillir au plus vite les « enfants prédisposés à la redoutable maladie ». 120 enfants âgés de 8 à 13 ans, y sont envoyés en août et septembre 1919.

A partir de cette date, l’organisation de séjour pour les plus jeunes occupe une place essentielle dans la politique municipale en faveur de l’enfance. 

La colonie de Cayeux connut un très grand succès jusqu’en 1939. Très endommagé par les bombardements, le centre est inutilisable en 1945.

Afin de faire partir en vacances les jeunes vitriots, la Ville acquiert dès 1946, le centre de Saint-Georges–de-Didonne en Charente Maritime qui est très vite aménagé pour recevoir chaque été jusqu’à 470 enfants.

La population scolaire augmente fortement après-guerre. Soucieuse de pouvoir faire partir en vacances le plus d’enfants possible, la municipalité poursuit l’acquisition de centres : La Peyre (Charente) en 1950, Tannerre-en-Puisaye (Yonne) et Meaudre (Isère) en 1967, Saint-Rémy-sur-Durolle (Puy-de-Dôme), Bellentre (Savoie), Saint-Nicolas de Véroce (Haute-Savoie) etc. En 1975, la Ville est propriétaire de huit centres qui accueillent chaque année entre 1500 à 2000 enfants.

La période 1975-1980 marque le début d’une mutation pour les colonies de vacances qui ne correspondent plus aux besoins des jeunes. Les effectifs baissent. De nombreuses villes réagissent et proposent des séjours plus courts et aux contenus plus variés. Ainsi, si aujourd'hui la municipalité possède trois centres, l'organisme gestionnaire  VVL, propose une offre très diversifiée

La vie quotidienne en colonie

Les départs sont toujours un temps fort aussi bien pour les petits que pour les parents !

La vie à la colonie s’organise autour des tâches quotidiennes qui contribuent à rendre autonome les enfants, d’activités ludiques et sportives ou de visites touristiques. Même en vacances, il est hors de question de ne pas faire son lit ou de ne pas se laver !

Les activités proposées aux enfants sont l’occasion de favoriser la vie en groupe à travers les jeux et le camping. Les relais, le jeu de l’oie, la construction de châteaux de sable et les spectacles sont autant d’animations qui renforcent les liens de camaraderie.

 Sans oublier de goûter aux plaisirs des baignades.

 

Et avoir plein de choses à raconter et à ramener !!!

Et puis, se dire au revoir avant le retour à Vitry jusqu’au prochain séjour !

Page publiée le 10 août 2018 - Mise à jour le 13 août 2018

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer