Projet Vitry Bee’Z

Trois écoles pilotes participent à la phase test du projet Vitry Bee’Z. Il consiste à la mise en place du tri, de la collecte et du traitement par micro-méthanisation des restes alimentaires.Trois écoles pilotes participent à la phase test du projet Vitry Bee’Z. Il consiste à la mise en place du tri, de la collecte et du traitement par micro-méthanisation des restes alimentaires.© DR

Cadre de vie

Publiée le 03 juin 2019 - Mise à jour le 20 août 2019

Trois écoles pilotes participent à la phase test du projet Vitry Bee’Z. Il consiste en la mise en place du tri, de la collecte et du traitement par microméthanisation des restes alimentaires.

Les déchets organiques (fruit, légume, viande, poisson, oeuf, fromage, pain) sont dégradés par des micro-organismes en l'absence d'oxygène : cela produit du biogaz qui est transformé en électricité, revendue à EDF. Du compost et de l'eau d'arrosage, également produits par ce procédé, pourront être utilisés par les Espaces verts de la ville.

Ce projet est mis en œuvre par la société Bee and Co qui développe des unités de micro-méthanisation, lauréat de l'appel à projets du Syctom, qui encourage le développement d'un traitement innovant.

Sur le territoire de Grand-Orly Seine Bièvre, plus précisément à Vitry-sur-Seine, la BeeBox s'implantera sur le terrain communal situé entre l'A86 et le cimetière, au sud de la ville.

Un triporteur servira de support à la sensibilisation. La collecte sera effectuée via un véhicule électrique alimenté par une borne située en proximité immédiate de la machine de microméthanisation appelée BioBeeBox.

De la taille de deux conteneurs, cette toute petite unité nécessite l'intervention d'un agent : elle produit de l'électricité et de l'engrais naturel pour le sol.

Le biogaz peut disposer de valorisation énergétique d'avenir :

  • en gaz combustible (pour le chauffage et la cuisine),
  • en cogénération (électricité + chaleur),
  • en biométhane en injection dans les réseaux de gaz naturel,
  • en GNV, carburant vert pour les véhicules fonctionnant au gaz naturel.

Après une phase d'expérimentation, toutes les écoles devraient être concernées par ce projet d'ici fin 2019.

D'autres sites pourront progressivement être intégrés (cuisine centrale et marchés de comestibles). 300 tonnes de déchets pourraient ainsi être valorisés à terme.

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires

plus d'infos