Le papier à en-tête : un témoin des activités économiques vitriotes (février 2020)

Pause en images

Au cours du 20e siècle, Vitry-sur-Seine a connu un développement industriel important, avec l’implantation d’usines et de manufactures principalement dans les secteurs du Port-à-l’Anglais, au nord de la ville, puis dans la zone industrielle, à proximité de la Seine, et sur l’actuelle route départementale 5.
Il avait commencé au milieu du 19e siècle, avec des entreprises spécialisées dans l’exploitation de carrières de gypse situées au sud-ouest de la ville, le long de la route menant à Choisy, de calcaire grossier au nord-ouest, en limite d’Ivry, et de carrières de sable à ciel ouvert à l’est, sur la plaine alluviale, destinée notamment à la fabrication de matériaux de construction. 
Sur ces mêmes périodes, l’agriculture, l’horticulture et l’arboriculture (pépinières, forceries de lilas) étaient encore très présentes sur l’ensemble du territoire de la commune. 

Nous vous proposons d’illustrer ces différentes activités économiques, à partir d’une sélection de factures à en-tête d’entreprises vitriotes conservées par les archives de la ville. 

  • Courrier à en-tête de l'entreprise Loréïd, daté du 9 juillet 1900, et adressé au maire. Spécialisé dans la fabrication de toiles cirées et d'imitations de cuir sur tissus, son site de production est implanté à Vitry, rue Mazagran (actuelle rue des Fusillés), depuis 1898, et cesse son activité à la fin des années 1950.
    © Service archives-documentation, 1Z41
  • Lettre à en-tête de la Société Anonyme des Plâtrières du Midi, datée du 2 avril 1919. Fondée en 1844, et installée avenue Rouget-de-Lisle, elle extrayait du gypse et fabriquait notamment des carreaux de plâtre.
    © Service archives-documentation, 2O12
  • Courrier à en-tête des Sablières de Vitry, du 17 août 1936. Cette entreprise exploitait plusieurs carrières de sable, notamment situées dans le secteur de l'avenue Jean Jaurès.
    © Service archives-documentation, 2O12
  • Facture à en-tête de la ferme laiterie de Vitry-Centre, du 2 février 1942, pour la fourniture aux écuries de la ville, d'aliments destinés aux chevaux.
    © Service archives-documentation, 47W
  • Bon de livraison à en-tête, du 19 mai 1939, de la manufacture de produits chimiques Vve Breton & Steinbach, située au Port-à-l'Anglais, relatif à la vente de savon, d'eau de javel, etc., pour les bains-douches municipaux.
    © Service archives-documentation, 47W15
  • Lettre recommandée à en-tête de la manufacture d'isolants et d'objets moulés (MIOM), du 10 avril 1945. Cette usine liée à la Compagnie générale d'électricité (CGE), implantée à Vitry depuis 1914, 163 boulevard Lamouroux (actuel boulevard de Stalingrad) a fabriqué au fil du temps de nombreux types d'objet (isolants pour fils électriques, tables et chaises de la marque Rex, appareils photos de la marque Photax, ...), à partir de différents matériaux (gummite, bakélité, etc.). Son activité s'est poursuivie jusque dans les années 1980.
    © Service archives-documentation, 4H25
  • Lettre à en-tête de la société des encres d'imprimerie Néochrome, du 20 décembre 1946. Cette entreprise, dont le siège social est situé à Paris, a obtenu l'autorisation préfectorale, d'implanter son usine à Vitry, au 71 quai du Port-à-l'Anglais (actuel quai Jules Guesde). Le siège est transféré en 1932 à Vitry, à cette même adresse. Jusqu'à la fin de son activité, au milieu des années 1980, le site connait de nombreux aménagements.
    © Service archives-documentation, 4H25
  • Vitry comptait de nombreux pépiniéristes, dont l'établissement d'horticulture Ponthieu, fondés en 1810, et le pépiniériste Gravier, spécialisé dans les arbres fruitiers, d'alignement, et les arbustes d'ornementation pour les jardins. (A gauche) Facture à en-tête, du 12 décembre 1957, de l'établissement d'horticulture G. Ponthieu Fils, pour l'achat de sapins de Noël. (A droite) Courrier du pépiniériste H. Gravier Fils, du 28 janvier 1958.
    © Service archives-documentation, 47W et 5W12
  • Courrier de la forcerie de lilas E. Lefeuvre, du 9 juillet 1947. La culture du lilas forcé était également très développée à Vitry, dès le 19e siècle.
    © Service archives-documentation, 3F9
  • Facture à en-tête, du 16 décembre 1958, des établissements Morquin & Muguet, situés au 81 rue de Thiais (actuelle rue Julian Grimau). Créée en 1885, à Paris, cette entreprise qui fabrique des sacs en papier, des papiers d'emballage, et des cartonnages quitte Ivry en 1952 pour s'installer à Vitry, sur le site de la société des Laines et Tricots B.Z.F., jusqu'en 1969, date de sa fermeture.
    © Service archives-documentation, 47W23

Page publiée le 10 février 2020 - Mise à jour le 14 février 2020