1918-2018 : l'art au service de la paix au Centre culturel de Vitry

Arbre de la paix Fêtes du LilasÀ Vitry, la culture de la paix passe par toutes les générations. Ci-dessus, deux jeunes Vitriotes à l'atelier "Arbre de la paix", aux Fêtes du lilas 2018.© Sarah Marchal

Culture

Publiée le 06 novembre 2018

Pour le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale, les associations du Centre culturel de Vitry ont concocté l'initative Art et paix. À découvrir jusqu’au 25 novembre.

La “Der des Ders”. C’est ainsi que fut surnommée la guerre de 14-18 qui était censée être la “dernière des dernières”. “Plus jamais ça !” claironnaient les survivants, heureux de recouvrer cette paix que l’on espérait éternelle.

C’est justement cette paix retrouvée, source d’inspiration pour de nombreux artistes dès 1918, que le projet Art et paix célèbre autour de deux axes principaux : l’art et l’histoire. Au programme, expositions, conférences, spectacles, concerts et sorties…

“La paix est fragile, il faut donc en parler et la protéger, car elle est source de bien-être, de sécurité, de respect des droits humains…” appuie Maude Arfos, présidente de l’Union des arts plastiques de Vitry (UAPV).

Avec l’association Pigment, l’UAPV a mis sur pied, jusqu’au 7 novembre, l’exposition "Un certain regard sur la paix", où dix-sept peintres et sculpteurs déclinent leur ressenti sur la paix.

“On parle toujours de la guerre, mais il est aussi important de faire ressortir ce que nous apporte un contexte de paix : l’accès à l’école, aux soins, au travail, à la culture”, ajoute-t-elle.

Pour en discuter, des conférences se dérouleront sur les thématiques suivantes : la représentation de la guerre dans la peinture (6 novembre) ou les conséquences de la fin de la Grande Guerre dans les empires coloniaux (23 novembre).

“On a assisté après 1918 au premier mouvement de décolonisation, mais aussi à l’émancipation des femmes”, rappelle Hervé Artzet, le directeur du CCV, persuadé qu’il faut “tirer des enseignements du passé pour imaginer le futur. Il ne s’agit pas de raviver les plaies, mais d’en parler pour faire avancer notre réflexion. Cela permet aussi de travailler sur notre libre arbitre et notre sens critique”.

Quant à l’art, “c’est un vecteur privilégié pour faire passer des messages de paix, ajoute-t-il. Il faut mettre l’accent sur le dialogue et la solidarité, car c’est en échangeant qu’on provoque le respect le plus basique. C’est un travail de mobilisation de tous jours”.

Il suffit de voir les conflits qui font aujourd’hui couler le sang dans le monde pour s’en rendre compte.

Julien Moschetti

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • W
  • 4
  • F
  • S
  • I
  • I
  • U
  • 2

*Champs obligatoires

plus d'infos

Programme d’Art et paix 

Centre culturel de Vitry
36, rue Audigeois
01 79 61 60 80 

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer