50 ans d'amitié avec Meissen

Atelier de génie civil au lycée Chérioux, en partenariat avec des lycéens de Meissen (2012).Atelier de génie civil au lycée Chérioux, en partenariat avec des lycéens de Meissen (2012).© Sylvain Lefeuvre

Publiée le 29 avril 2014

Une délégation vitriote menée par Sonia Guénine, adjointe au maire, se rend à Meissen le 3 mai. Une visite anniversaire, cinquante ans après la signature d’un traité d’amitié nourri par les nombreux échanges.

C'est l’histoire d’une amitié née il y a cinquante ans. Nous sommes le 3 mai 1964. Clément Perrot, maire de Vitry, conduit une délégation à Meissen, ville d’Allemagne de l’Est. Une visite conclue par la signature d’un traité d’amitié entre l’édile et Georg Kühn, son homologue allemand.

Après Burnley en 1959 et Kladno en 1960, il s’agit de la troisième ville avec laquelle Vitry se lie depuis son adhésion à la Fédération mondiale des villes jumelées en 1957.

“Le jumelage entre villes du monde entier est l’une des tentatives les plus hardies, les plus concrètes, pour établir des liens d’amitié et de fraternité sans exclusive et audessus de toutes les barrières”, rappelle Marthe Dauchez, secrétaire générale du comité de jumelage de Vitry.

Né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le jumelage se conçoit d’abord comme une oeuvre de réconciliation, notamment avec l’Allemagne, puis de paix avec les pays de l’Est pendant la guerre froide.

En 1964, dans un contexte géopolitique tendu, nouer des liens avec Meissen revêt aussi une dimension politique pour pousser à la reconnaissance de la RDA par la France. Mais la relation entre Vitry et Meissen est aussi celle de leurs habitants.

Chaque année, dès 1966, plusieurs groupes se rendent en Allemagne : femmes, enseignants, syndicalistes, familles de résistants, sportifs, retraités et jeunes.

À partir de 1987, les échanges se font aussi dans l’autre sens. Ils sont toujours d’actualité, à l’image de l’appariement entre le lycée Chérioux et un centre de formation de Meissen. Élèves et professeurs français et allemands travaillent sur un projet commun. “Ces délégations font vivre le jumelage, souligne Marthe Dauchez. Ce jumelage est une réussite, il n’est pas resté quelque chose de politique mais a pris une dimension amicale.”

Le 3 mai, Sonia Guénine conduira une délégation en Allemagne.

“Le jumelage est avant tout un échange humain qui permet de développer des actions variées et enrichit les personnes”, souligne l’élue. Cinquante ans après la signature du traité entre les deux villes, “notre présence prouvera notre attachement à la continuité de nos échanges et de ceux à venir”, précise-t-elle.

Stéphane Laforge

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • 7
  • U
  • J
  • M
  • V
  • V
  • Y
  • X

*Champs obligatoires

plus d'infos

Comité de jumelage
01 43 91 73 39

Le jumelage à Vitry.

Vitry et la coopération

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer