8 mars : Journée internationale des droits des femmes

7 et 8 mars, le théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine met les femmes à l'honneur avec la représentation des 7 et 8 mars, le théâtre Jean-Vilar met les femmes à l'honneur avec la représentation des "Femmes savantes", dans une mise en scène d’Élisabeth Chailloux.© DR

Elus, Action citoyenne

Publiée le 01 mars 2016

Le 8 mars est la Journée internationale des droits des femmes. Le théâtre Jean-Vilar programme une relecture des Femmes savantes de Molière. Un choix qui témoigne de la persistance d’une question universelle.

Coincée entre le 7 et le 9 mars, la Journée internationale des droits des femmes constitue, pourtant, l’occasion de se rappeler que la moitié de l’humanité doit encore combattre pour faire valoir ses droits.

Une lutte qui ne date pas d’hier, comme le rappelle fort opportunément le théâtre municipal Jean-Vilar, en programmant Les Femmes savantes d'après Molière, dans une mise en scène d’Élisabeth Chailloux.

La metteure en scène replace l’action dans les années 1960, moment qui voit l’émergence de questions - certaines toujours très actuelles - telles que : “Qui fait la cuisine ?”, “Qui s’occupe des enfants ?”, “Qui a le temps de lire ?”…

Des questions qui mêlent le politique et l’intime, souligne Élisabeth Chailloux.

Et qui rejoignent celles posées par Molière, trois siècles et demi plus tôt. La maîtrise du langage, mais surtout du savoir, est au coeur de la lutte que les femmes mènent pour conquérir leur place.

Aujourd’hui, elles peuvent accéder à l’enseignement et à l’université - certes pas partout. Mais la reconnaissance de ce cursus n’est toujours pas entérinée par une égalité de salaire avec les hommes, à qualifications et à responsabilités égales.

C’est ce qu’a rappelé le premier rapport sur la situation de la ville en matière d’égalité femmes-hommes, présenté par Isabelle Ougier, conseillère municipale déléguée aux Droits des femmes, lors du conseil municipal du 17 février dernier.

Cette situation s’explique par plusieurs facteurs que nous avons du mal à combattre, explique l’élue. En premier lieu, les femmes sont encore sous-représentées dans les métiers techniques. Par ailleurs, ce sont elles qui, majoritairement, utilisent le temps partiel pour s’occuper des enfants.

Comme un clin d’oeil à la pièce présentée ces 7 et 8 mars, qui interroge autant les hommes que les femmes, Isabelle Ougier rappelle, pour conclure : “La question des droits des femmes est une question universelle.” C’est aussi l’orientation que le centre social Balzac a donnée à sa semaine consacrée aux droits des femmes, cette année.

Nathanël Uhl

 
  • crisostome le 02/03/2016 à 16:25

    bon courage à toutes les femmes dans cette France qui ne les soutient plus et qui recule toujours plus loin dans la féodalité devant les attaques ininterrompues des religions et avec l'aval des bobos qui ne combattent pas les bons ennemis et ont oubliés les révolutions françaises ( ...Lire la suite

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • U
  • 5
  • 6
  • M
  • J
  • F
  • 6
  • V

*Champs obligatoires

plus d'infos

Les Femmes savantes, mis en scène par Élisabeth Chailloux, les 7 et 8 mars, au théâtre Jean-Vilar.

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer