Ahmed Bouhassoune, portrait d'un lutteur

Ahmed Bouhassoune, portrait d'un lutteurAhmed Bouhassoune, portrait d'un lutteur.© Sylvain Lefeuvre

Sport

Publiée le 29 octobre 2019

À 46 ans, il remporte la 5e place au championnat du monde de lutte gréco-romaine. Ahmed Bouhassoune aime les défis qui donnent du sens à la vie. Être papa et proche des jeunes ne sont pas les moindres.

J’ai dit à mon fils, il y a un an : "cette saison, je me prépare pour le championnat de France vétéran”. Et cet objectif, Ahmed Bouhassoune l’a largement dépassé… Il a décroché, le 9 octobre dernier, la 5e place au championnat du monde de lutte gréco-romaine vétéran. Ce qui remet en mémoire de cet amoureux des voyages, l’Indonésien qui l’aida en Thaïlande…

“Nous étions tous les deux perdus et, grâce à sa patience et son calme, nous avons retrouvé le chemin.” Il a appris ce jour-là ce que patience veut dire et sa vraie valeur.

En effet, c’est à 46 ans, et après 27 ans de pratique, qu’il reçoit sa suprême récompense sportive. Ahmed, dont le “ciel est toujours bleu parce qu’il faut être de bonne humeur, apporter la joie, même quand c’est couvert”, est un ancien enfant “heureux” du Clos-Langlois. Entouré de ses 7 frères et soeurs, de sa mère au foyer et son père mécanicien, il découvre la boxe tout petit, fréquente les bancs de l’école Éluard, du collège Monod puis se passionne à l’US Ivry pour la lutte gréco-romaine, “premier sport olympique, si beau avec ses athlètes puissants et doux à la fois”. Il entre à l’INSEP et, finalement, devient conseiller au service Jeunesse de la ville.

“Ça ne vient pas tout seul de devenir champion”, déclare-t-il en faisant claquer ses doigts. Monté sur la première marche du championnat de France fin mai, puis qualifié potentiel pour la compétition mondiale, il avait décidé, fin juin, de s’engager dans cette aventure internationale. “Les défis, ça donne du sens à la vie, ça renforce, ça évite d’être un poids mort”, estime-t-il. Et finalement, sur le tatami à Tbilissi en Géorgie, en quart de finale il y a trois semaines, il produit une attaque que l’adversaire a le talent d’anticiper. “Il me contre et me plaque”, lâche-t-il entre les dents.

Notre grand gaillard vitriot a donc dû se soumettre après des semaines d’entraînements intenses et un régime très strict, mais il a combattu le champion du monde en titre ! Cette patience tenace et payante a plusieurs fondations, selon lui. “Donner du temps, de la fatigue, éprouver de la lassitude, mais se dire "faut pas lâcher" sont des règles valables également pour la vie scolaire et professionnelle. Je le dis à mes quatre enfants : on n’a rien sans rien.” Une règle transmise par ce papa depuis 15 ans qui ne lâcherait pour rien au monde son rôle éducatif. “Je veux aussi être leur ami, alors c’est super compliqué parce qu’il faut trouver un équilibre pour ne pas entrer en conflit.”

Face aux écrans, tablettes, téléphones portables, télévision, il donne les limites et favorise les activités communes, le dialogue et du bon temps ensemble. Ces “fléaux actuels”, il les pointe aussi auprès des jeunes à son travail ou encore à l’entraînement de lutte gréco-romaine au club d’Ivry. Si les temps et la société changent, Ahmed se tient à la page tout en restant ancré à ses repères. “Une enfance insouciante parmi les noisetiers, cerisiers et les champs du parc des Lilas, sans communautarisme, ni mise à l’index et, aujourd’hui, une grande chance à Vitry avec ses associations où la jeunesse est présente pour le bien vivre ensemble.”

Portrait réalisé par Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • G
  • 3
  • F
  • H
  • A
  • Z
  • J
  • Q

*Champs obligatoires

plus d'infos

Septembre
1973

Naissance à Paris XIVe.

Septembre
1992

Ahmed Bouhassoune
entre à l’INSEP, un rêve
prestigieux qui se
concrétise.

Décembre
2004

Naissance de son
premier enfant.

Avril 2005
Premier séjour
humanitaire, prise de
conscience
bouleversante au
Sénégal : ils n’ont rien
et ils ont tout.

Mai 2019
Champion de France
vétéran de lutte
gréco-romaine.

Octobre 2019
5e meilleur lutteur en lutte
gréco-romaine du monde.

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer