"CAP vacances 18-25 ans" humanitaire, culturel, sportif...

"CAP vacances 2017", des vacances solidaires ou culturelles dédiées aux 18-25 ans.© SMJ

Publiée le 07 février 2017

Fairouz Fadhel, conseillère jeunesse, revient sur le dispositif CAP vacances, pour lequel les inscriptions ont commencé le 1er février. Elles se poursuivent jusqu’au 31 mars pour les séjours d’été et d’hiver 2017.

  • Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le dispositif CAP vacances ?

C’est une aide au transport pour permettre aux 15-25 ans d’exercer véritablement leur droit aux vacances. Elle est délivrée, sous réserve de validation du dossier par la commission, pour des projets à caractère humanitaire, culturel, sportif ou même de loisirs. À titre d’exemple, nous avons accompagné une jeune Vitriote qui voulait partir au Burkina aider un orphelinat, mais aussi six jeunes qui partaient au ski pour la première fois de leur vie. Cela étant, il faut préciser que nous travaillons, au final, avec les agences de voyage pour le paiement des billets, les bénéficiaires de CAP Vacances ne touchent aucun argent liquide. En ce moment, nous préparons les dossiers pour les séjours allant du 1er juillet au 31 décembre. À la rentrée de septembre, nous commencerons à monter les dossiers pour les départs du 1er janvier au 30 juin.

  • Donc, vous aidez à partir toute l’année ?

Depuis deux ans, oui. Auparavant, CAP vacances portait sur les séjours de juin à septembre. Mais nous nous sommes adaptés aux modes de vie. La commission se réunit désormais deux fois par an. Beaucoup de jeunes travaillent l’été pour financer leurs études, par exemple. Étendre le dispositif à toute l’année, c’est leur donner la possibilité d’un vrai droit aux vacances. Sachant que ce n’est pas leur priorité.

  • Les jeunes ne pensent pas qu’aux vacances ?

Ah ! non ! Ceux que nous recevons ont comme priorité l’emploi, le logement ou réussir leurs études. Pour trouver un emploi. Il faut venir nous voir pour s’en rendre compte.

  • Comment fait-on pour préparer un dossier CAP vacances ?

Il faut venir nous voir au service municipal de la Jeunesse, place Saint-Just, pour remplir le dossier. Ensemble, nous vérifions la destination, les conditions pour partir. Les jeunes montent leur propre projet, nous ne faisons pas à leur place. Nous les aidons à devenir autonomes. Ensuite, il y a une commission et une délibération en conseil municipal. Et, à leur retour, les bénéficiaires s’engagent à faire une restitution.

Propos recueillis par Nathanaël Uhl

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • Y
  • Q
  • M
  • C
  • 7
  • U
  • 4
  • M

*Champs obligatoires

plus d'infos

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer