Conseil municipal : Un plan pour nos quartiers

Le conseil municipal en séance.Le conseil municipal en séance.© Alexandre Bonnemaison

Elus, Action citoyenne

Publiée le 06 juin 2018 - Mise à jour le 07 juin 2018

Plusieurs questions ont fait débat lors de la séance du conseil municipal du 30 mai, dont l’unité de valorisation énergétique du Syctom. Deux vœux, dont un concernant le rapport Borloo pour les banlieues, et deux questions orales ont clos la séance.

  • Vœu d'urgence relatif au rapport Borloo.

La séance du conseil municipal du 30 mai s’est ouverte sur la proposition du maire de prendre en compte l’adoption d’un vœu déposé en urgence, relatif au rapport Borloo et s’adressant solennellement au président de la République pour “renforcer le combat pour l’égalité des territoires dans notre nation et notre république”.

> Réaction de Jean Claude Kennedy au plan Borloo pour la banlieue [270418]

En effet, après avoir chargé Jean-Louis Borloo de lui remettre des propositions de mobilisation pour les banlieues, après une réflexion menée avec l’ensemble des acteurs de ces territoires, un tour de France des solutions concrètes et l’élaboration de 19 propositions structurantes et innovantes,

“le président de la République a pris la responsabilité d’aller à l’encontre de la mobilisation nationale qui s’est levée suite à « l’appel de Grigny » en enterrant purement et simplement le rapport Borloo et les espoirs qu’il a pu soulever.”

“Nous sommes très sensibilisés à la démarche de M Borloo et aussi très choqués de la démarche du président de la République, a déclaré Alain Afflatet pour le groupe Un avenir meilleur. On ne reste pas les bras croisés : mardi prochain nous avons rendez-vous avec Valérie Pécresse et Jean-Louis Borloo pour avancer sur le sujet.”

Jean-Marc Bourjac (groupe Socialiste, républicain et citoyen), a souligné quant à lui la qualité du rapport :

“il y a eu un souci de saisir la réalité humaine que vivent 6 millions d’habitants, 10% de la population dans les banlieues. […] Il y a des éléments chiffrés, une volonté d’aller très loin pour prendre en compte le problème. Ce rapport est fondé, d’autant plus que dans le même temps, les collectivités territoriales sont étranglées financièrement, les offices HLM et les locataires subissent la baisse des APL, des coups terribles sont violemment portés aux gens les plus en difficulté avec les aides sociales. Et ce plan, dans sa genèse, son articulation, ouvrait des perspectives nouvelles, dynamiques, très fortes.”

Des propos approuvés par Frédéric Bourdon (groupe Vitry en mieux, une gauche d’avance, citoyenne et écologiste) :

“On est unanime sur cette question, le président de la République est en complet dénie de la mobilisation et de l’association des collectivités pour l’élaboration de ce plan et sur son utilité”, a-t-il déclaré.

Pour Rémi Ramassamy (non inscrit), la décision du président de la République est “une bonne décision car ce n’est pas en continuant à endetter la France, à dépenser des milliards, à construire, bétonner les quartiers en difficulté, qu’on va s’en sortir, c’est plutôt de mettre les habitants de ces quartiers au travail, par l’éducation, la formation professionnelle […]”, pointant du doigt, à Vitry, l’opération de renouvellement urbain à Balzac, qui n’aurait pas “porté les fruits escomptés car vous avez remis dans ces quartiers les mêmes populations et les mêmes personnes qui ont les mêmes difficultés sociales.”

Des propos qui ont émus une partie de l’assemblée.

“À plusieurs reprises, vous tenez des propos insultants vis-à-vis d’une certaine catégorie de la population de Vitry, notamment ceux du quartier Balzac, a réagi Fati Konaté (groupe Communiste, républicain et citoyen). Les habitants du quartier Balzac ont le droit au respect comme tous les habitants de France, de Navarre et d’ailleurs. Le quartier, grâce à la réhabilitation, a changé, certains problèmes ont été levés, je ne peux pas vous laisser dire que cela ne change rien, que cela ne sert à rien, ça ne fait pas avancer les choses parce que ce n’est pas vrai.”

  • Voeu pour l'égalité des territoires

Le vœu, demandant “pour Vitry et les villes qui disposent de quartiers populaires sur leur territoire que ce plan d’action soit pris en compte dans son intégralité pour être efficace” a été adopté en grande majorité.

> Télécharger le voeu (à venir)

  • Projet de démolition de l’usine de traitement des déchets ménager d’Ivry et la construction de l’unité de valorisation énergétique (UVE).

Le conseil municipal devait également donner un avis sur le projet de démolition de l’usine de traitement des déchets ménager d’Ivry et la construction de l’unité de valorisation énergétique (UVE) prévu pour 2023.

Cette installation classée doit en effet recueillir l’avis des communes dans un rayon de 3 km, en particulier sur le permis de construire et le droit d’exploitation. Rappelons que le remplacement de l’usine d’Ivry construite en 1969 a occasionné une concertation démarrée dès 2003, l’Etablissement public de coopération intercommunale, le Syndicat intercommunal des traitements des ordures ménagères (Syctom) comptant des représentants élus dans les 84 communes utilisatrices.

Ainsi, la nouvelle UVE est limitée à :

- incinérer 350 000 tonnes de déchets (ménagers) maximum par an - soit moins que la capacité actuelle plafonnée à 730 000 tonnes,

- et produire de la vapeur d’eau revendue à la Compagnie parisienne de chauffage urbain et de l’électricité sur le réseau.

Le dossier technique assorti de plusieurs études sur l’impact et les risques a reçu les observations de l’Autorité environnementale. Celle-ci réclame des compléments d’informations en période de crue pour la gestion et l’analyse des risques. Elle demande également de préciser les modalités de mesures des émissions de dioxines et de furanes bromés dans les rejets.

L’avis demandé aux élus a donné lieu à des échanges nourris qui ont aussi abordé le projet de l’unité de valorisation organique prévue en 2027.

Jean-Marc Bourjac (groupe Socialiste) a exprimé l’évolution de point vue du groupe, “Il nous parait aujourd’hui que le projet de l’UVE est un peu daté”, expliquait-il avant d’annoncer que le groupe votera contre ce rapport.

“La Métropole doit prendre en charge la gestion de ses propres déchets, a souligné Cécile Veyrune-Legrain, première adjointe chargé de l’Environnement, réclamant “un plan d’action global ambitieux pour agir en amont contre la production de déchet".

"Il est urgent d’adapter notre mode de vie à l’ère de la sobriété et du raisonnable”, insistait-elle avant d’inviter le conseil à prendre acte du projet et à s’en remettre aux conclusions de l’enquête publique sur l’UVE.

Frédéric Bourdon s’est déclaré “heureux” que la mobilisation associative ait été entendue et que les positions tendent à évoluer vers la limitation de l’UVE à 350 000 tonnes. Cependant, il notait que “la DRIEE souhaite une usine d’incinération deux fois moins importante encore. Si on veut aller vers la loi de Transition énergétique, peut-on mettre un arrêt à cette dépense d’argent de projet inutile ?” lançait-il, avant d’annoncer un avis négatif.

Le maire a proposé de passer au vote en prenant acte du rapport assorti des réserves émises par le conseil municipal. Il a convenu qu’“il faut aller vers la réduction des déchets” une fois les techniques performantes disponibles. “Mais il faut les traiter pour le moment avec nos outils et le Syctom est l’un de ces outils, il faut travailler avec en bonne intelligence.”

L’avis a été adopté à la majorité.

  • Question sur le mode de gestion des marchés d’approvisionnement de Vitry

Une autre question a suscité de nouveaux débats : le rapport sur le mode de gestion des marchés d’approvisionnement de Vitry. “On n’est pas opposés par principe à une délégation de service public mais le sentiment des usagers de ces marchés est que la ville ne maitrise pas l’affaire, a déclaré Jacques Perreux (groupe Vitry en mieux). Certains commerces ne sont pas du tout présents et pourtant répondraient à des besoins d’usagers qui vont les chercher ailleurs.”

Ce à quoi répondait Alain Afflatet en soulignant que la ville n’est pas équipée pour gérer montage et démontage.

“Si vous voulez dire que tout n’est pas parfait, je suis d’accord, réagissait pour sa part Maurice Tzinmann, adjoint chargé des Marchés. La gestion en direct est un peu compliquée pour le savoir-faire de nos agents et au regard des risques à prendre pour les assumer. Mais il n’est pas dit que notre choix est définitif.”

  • Voeu pour faire entrer Marie-Claude Vaillant-Couturier au Panthéon

Un autre vœu, déposé par le groupe Vitry en mieux pour faire entrer Marie-Claude Vaillant-Couturier au Panthéon, démarche qui fait l’objet d’une pétition de l’Association Femmes solidaires, a été adopté à la grande majorité.

> Télécharger le voeu

Questions orales et réponses

A venir

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • U
  • S
  • L
  • 3
  • T
  • P
  • V
  • S

*Champs obligatoires

plus d'infos

Prochain Conseil
municipal

Mercredi 27 juin

19h - hôtel de ville

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer