Décès de Josette Audin, l'insoumise

Josette Audin nous a quitté, samedi 2 février. Elle avait fait de sa vie un combat sans relâche pour que le France reconnaisse ses tords dans la torture et l'assassinat de son mari durant la guerre d'Algérie.Josette Audin nous a quitté, samedi 2 février. Elle avait fait de sa vie un combat sans relâche pour que le France reconnaisse ses tords dans la torture et l'assassinat de son mari durant la guerre d'Algérie. © Alexandre Bonnemaison

Publiée le 04 février 2019 - Mise à jour le 05 février 2019

Elle avait fait de sa vie un combat sans relâche pour que la France reconnaisse ses tords dans la torture et l'assassinat de son mari durant la guerre d'Algérie. Josette Audin nous a quitté, samedi 2 février. Jean-Claude Kennedy, le maire, lui rend hommage.

Josette Audin s'est éteinte, à l'âge de 87 ans. Pendant plus de 60 ans, elle s'est battue courageusement pour que triomphent la justice et la vérité concernant la disparition de son mari.

Le 11 juin 1957, Maurice Audin, 25 ans, fut embarqué par des militaires français venus le chercher à son domicile d’Alger, où il vivait avec sa femme et ses trois enfants. Il ne réapparut jamais.

Militant algérien anticolonialiste luttant pour l’indépendance de l’Algérie, membre du Parti communiste algérien, mathématicien à la faculté d’Alger, Maurice Audin fut victime de la torture perpétrée par l’armée française durant la guerre d'Algérie.

Le combat de Josette Audin, à force de persévérance et de courage, ne fut pas vain : le 13 septembre 2018, le président la République reconnaissait officiellement la responsabilité de l’État français dans la mort de Maurice Audin. Une victoire personnelle et politique pour cette femme, épouse et militante.

Lors de la séance du conseil municipal du mercredi 17 octobre, à laquelle Josette Audin nous faisait l'honneur d'assister, l'assemblée adoptait le vœu de proposer au conseil départemental du Val-de-Marne de dénommer le futur collège de la ZAC Seine-Gare, "collège Josette-et-Maurice-Audin". Un vœu qualifié "d'excellente idée" par Christian Favier, président du conseil départemental.

"Je garde en souvenir sa belle présence lors de notre conseil municipal du 17 octobre dernier qui a voté, à l’unanimité, cette proposition, déclare le maire dans le communiqué de ce jour. Grande dame et grande militante, [...] Elle restera un exemple de dignité et de détermination pour toutes les générations".

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • P
  • 8
  • P
  • S
  • X
  • 1
  • P
  • L

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer