Écocampus de Chérioux : un modèle énergétique

Roberto Fonseca Ecocampus ChériouxJosé Fonseca, directeur du projet Ecocampus du bâtiment - Grand Paris, sur le site de Chérioux.© Alex Bonnemaison

Développement durable

Publiée le 03 septembre 2019

La première pierre de l’écocampus était posée le 11 juillet, marquant la première réalisation de la zone d’aménagement de Chérioux. José Fonseca, directeur du projet Écocampus du bâtiment - Grand Paris, nous en dit quelques mots.

 Cet écocampus, à quoi servira-t-il ?

Ce sera un centre de formation du bâtiment, du CAP à la licence professionnelle, autour des métiers du bâtiment, comme la couverture, la plomberie chauffage
ventilation, la peinture, l’électricité, entre lesquels on souhaite créer des ponts. Regroupant des centres de formation aujourd’hui éparpillés, il sera axé vers la transition énergétique et l’efficacité numérique.

En 2021, il doit accueillir les premiers de ses 1 100 apprentis attendus et des adultes en formation continue qualifiante. On espère, d’ici là, élargir aux métiers de la maintenance énergie et du bois. La première pierre est la concrétisation de ce projet, dans les tuyaux depuis cinq ans.

 Le bâtiment sera-t-il un modèle ?

Avec six bâtiments à énergie positive répartis sur 11 000 mètres carrés, il sera un modèle de conception qui, avec ses choix de matériaux, visera le label effinergie+. Des panneaux solaires produiront par exemple sa propre électricité.

Il sera un terrain d’exercices en vraie grandeur pour les apprentis. On le souhaite ouvert aux Vitriots et aux entreprises qui y trouveront leur place.

 Pourquoi à Vitry, au domaine Chérioux ?

Le domaine départemental Chérioux, Grand-Orly Seine Bièvre et la ville de Vitry ont été très actifs pour réponde à l’appel à projets Inventons la métropole du Grand Paris.

C’est un cadre de 36 hectares, idéal aux côtés du lycée et du collège pour réaliser un site de formation tout le long de la vie. Et de plus, bien desservi par le tram et le futur métro proche !

L’écocampus, initié par les professionnels du bâtiment, bénéficie également de nombreux financements publics et d’un programme d’investissement d’avenir qui lie l’offre de formation à une offre d’hébergement et de santé.

Propos recueillis par Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • N
  • W
  • 6
  • L
  • L
  • 1
  • E
  • R

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer