Grands projets, le maire écrit au préfet

NPRU 20190702

Elus, Action citoyenne

Publiée le 02 juillet 2019

Lors du dernier conseil municipal, le Maire a interpellé l’Etat pour lui demander un meilleur accompagnement sur les grands projets de la ville.

Vous avez été nombreux à l’exprimer pendant la démarche Imagine Vitry : vous voulez bien que votre ville évolue et accueille de nouveaux habitants, tout en préservant les quartiers déjà existant et leur équilibre, ainsi que l’esprit Vitry.
C’est pourquoi le maire, Jean-Claude Kennedy, a interpelé l’Etat à travers un courrier adressé au préfet du Val-de-Marne, dont il a tenu informé les élus du conseil municipal lors de la séance du 26 juin.

En effet, de grands projets sont en cours sur la commune, comme

  • celui des Ardoines reconnu d’intérêt national (OIN),
  • ou celui du Cœur de ville dans le cadre du Nouveau programme de renouvellement urbain (NPRU).

Mais depuis le lancement de ces projets, le contexte financier a évolué au détriment des collectivités territoriales avec notamment pour les communes la suppression de la taxe professionnelle et de la taxe d'habitation et de fortes réductions des participations financières de l'Etat (30 millions d’euros cumulés en cinq ans).

“Je considère aujourd’hui que les conditions économiques ne sont plus réunies pour en assurer la réalisation dans de bonnes conditions. C’est pourquoi, il nous faut rediscuter des moyens financiers d’accompagnement”, écrit le maire dans son courrier au préfet.

L’air grave, Jean-Claude Kennedy explicite ensuite aux élus du conseil municipal pourquoi il s’est directement adressé au préfet.

"Cela fait longtemps que nous tirons la sonnette d’alarme sur la façon dont nous bouclons nos budgets, année après année. L’entrée dans l’OIN avait été acté par un apport de 30 millions d’euros de l’Etat. Non seulement nous n’avons pas cet d’apport, mais nous avons supporté les dépenses supplémentaires liées aux projets d’urbanisation de la commune. Evidemment, on ne peut pas continuer. Autre sujet, le futur projet d’aménagement urbain avec l’agence nationale de rénovation urbaine. 25 000 habitants sont concernés par l’amélioration des quartiers. Evidemment, nous y sommes très attachés, mais nous ne sommes pas en mesure d’assumer aujourd’hui. D’où cette interpellation du préfet pour obtenir une aide supplémentaire de l’Etat."

Jean-Claude Kennedy assure que suite à son courrier, un début de discussion s’est engagé car il a annoncé une pause dans la construction des logements.

"Il n’est pas concevable que nous puissions continuer à construire du logement sans engagement préalable de l’Etat pour la Ville que nous souhaitons : une ville équilibrée, avec de l’emploi, du commerce, de l’habitat, des espaces verts, des espaces publics pour satisfaire les besoins de la population."

Il annonce enfin une conférence de presse le 11 juillet, qui rendra compte des avancées obtenues - ou pas - et des éventuelles actions à mener pour faire bouger les lignes. "On ne peut pas rester sous le diktat de l’Etat !"

Marc Godin

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • J
  • B
  • E
  • 2
  • D
  • T
  • Y
  • G

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer