Imagine Vitry : rêves de femmes

Imagine Vitry rêves de femmesNombreuses étaient les habitantes de Vitry à prendre la parole jeudi 26 octobre au Centre social Balzac. © Alex Bonnemaison

Elus, Action citoyenne

Publiée le 31 octobre 2017 - Mise à jour le 02 novembre 2017

Les Vitriots étaient nombreux à la rencontre Imagine Vitry organisée le 26 octobre au centre social Balzac. Comme souvent lors de ces rencontres, les femmes ont pris la parole. Une parole constructive pour imaginer ensemble le Vitry de demain.

Elle a participé au film Si je vous dis Vitry et c’est la troisième rencontre à laquelle Nenette, Vitriote depuis 2006, participe le 26 octobre au centre social Balzac. 

“Je viens pour essayer de faire bouger les choses, souligne-t-elle ce soir-là. Et aujourd’hui, j’ai ramené ma famille pour qu’ils se sentent concernés par leur ville.”

Myriam, elle, est arrivée à Vitry il y a 9 ans, dans le quartier des Malassis, sur un projet d’acquisition. Si elle apprécie la ville et s’y investit, “les gens sont sympathiques, plutôt accueillants, on retrouve un esprit familial”, elle a tenu à prendre la parole pour exprimer une forme de ras-le bol.

“Je me sens bien à Vitry mais je suis choquée d’entendre les autochtones nous rappeler à chaque réunion publique que nous sommes des étrangers ! Nous payons des impôts et la ville se développe aussi grâce à nous ! Les Parisiens qui arrivent ne sont pas forcément mal-attentionnés… Il faut s’ouvrir, être tolérant, discuter avec l’autre, l’accepter, il vient nous enrichir.”

Pour Céline, Vitriote depuis 3 ans, “Vitry est une ville qui sait faire la fête et fait beaucoup de choses pour les enfants. Mais il y avait 80 000 habitants quand je suis arrivée, c’est énorme, et ça continue. Comment continuer à vivre ensemble, à maintenir cet esprit chaleureux et festif ? Comment travailler la mixité ? Quand je rencontre des femmes au parc, je ne peux pas communiquer avec elles parce que je ne parle pas la même langue.”

Le parc, Roxanne l’appelle “le parc des enfants perdus. Ils sont seuls ! Moi je ne trouve pas de maman du tout.”

Une problématique soulignée par Khadija, jeune femme de 22 ans née à Vitry : “Je veux parler aux parents qui doivent aussi faire des choses pour leurs enfants : les accompagner au sport, aller aux réunions des écoles… Pour un enfant, c’est important le regard de ses parents. Il y a des potentiels qui parfois ne s’expriment pas parce qu’ils ne sont pas accompagnés.”

Madhuri, 9 ans, n’a pas eu l’opportunité de prendre le micro. Elle a pourtant tenu à venir ce soir-là, avec une amie de ses parents, pour parler de sa ville et “des immeubles jaunes : ils ressemblent un peu à ceux de Paris, je trouve ça joli mais en même temps, je ne voudrais pas qu’on devienne comme Paris. Je l’aime ma ville.”

 
  • Goyat Nicole le 02/11/2017 à 10:33

    Moi aussi j aime ma ville j'y suis depuis 44ans et je L ai vue se transformer harmonieusement ,je suis toujours aussi admirative par exemple de L architecture du MacVal ,de la sérénité du parc des cygnes mais que faire pour que le marché de L église soit plus...fluide ,c'est un véritablement ...Lire la suite

  • CRETTE le 02/11/2017 à 09:18

    Je suis à vitry depuis 88 et fière dy être mariée mais la ville se dégrade de plus en plus en plus nous ne sommes plus en sécurité encore un vol à l arraché la semaine dernière un gros ras le bol.Lire la suite

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • 8
  • 4
  • S
  • E
  • P
  • A
  • A
  • S

*Champs obligatoires

plus d'infos

La démarche Imagine Vitry
Genèse, déroulement, calendrier, Gazettes

Suivez Imagine Vitry
sur Facebook

Affreduit 01

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer