"La Cocina Pública" ouvre la saison du théâtre

CoccinaDimanche 17 septembre, à 13h, le collectif chilien Teatro container s’installe avec sa Cocina Pública sur la place Jean-Vilar, pour une fête culinaire et artistique !© DR

Culture

Publiée le 12 septembre 2017

"La Cocina Pública" s’installe place Jean-Vilar ce dimanche. Musique, histoires, mets à partager ouvrent la saison du théâtre Jean-Vilar. 51 spectacles rythmeront l’année…

Place à la poésie, à la musique, aux histoires, à la cuisine venue des quatre coins du monde.

Ce dimanche, "La Cocina Pública", menée par le collectif chilien Teatro Container, campe devant le théâtre municipal.

“Ce grand repas spectacle lance l’esprit de partage de la saison”, explique Nathalie Huerta-Chadufaux, directrice de Jean-Vilar.

Les textes ont été créés à partir des paroles des habitants avec qui la compagnie a travaillé pendant une semaine.

“Et tous les spectacles de l’année sont super”, sourit Nathalie. On la croit.

“Il y a des pièces incontournables ! Elles vous donnent espoir en l’humanité et l’envie de lutter contre ce qui est injuste. Si, collectivement, nous arrivons à partager ces moments artistiques exceptionnels, nous serons beaucoup plus forts.”

51 spectacles sont à l’affiche, “ils se répondent les uns les autres. La notion d'altérité les relie”. Cette année la directrice a choisi comme fil rouge, le rapport à l’autre. Trois axes structurent le projet artistique du théâtre : des écritures multiculturelles nées de rencontres entre artistes français et internationaux, des écritures du réel avec des problématiques telles que les réfugiés, enfin le travail et des écritures pour la jeunesse.

S’il fallait choisir… Ascanio Celestini, auteur engagé du théâtre italien met en scène "Laïka". Un christ moderne observe le monde et raconte des laissés pour compte qui ont su créer une solidarité.

"M’appelle Mohamed Ali" mêle l’histoire du boxeur américain à celle de l’engagement de l’artiste au sein de sa société.

"A Game Of You" propose un face à face ludique avec le miroir qui questionne notre rapport à l’image.

"Mille Francs de récompense", de Victor Hugo, rappelle que le voleur n'est souvent pas celui qu’on croit. "Ceux que j’ai rencontré ne m’ont peut-être pas vu" ausculte le parcours d’un demandeur d’asile et les politiques migratoires.

Et puis…

“Il y a des spectacles plus festifs, plus joyeux, des concerts, de la danse, du cirque parce que le théâtre est là aussi pour divertir. Mais, si on fait de la culture, c’est pour avoir une fonction politique : déplacer le regard qu’on pose sur le monde”, conclut Nathalie Huerta-Chadufaux.

Maricygne Di Matteo

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 2 premiers caractères et les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • Z
  • Q
  • Z
  • 5
  • B
  • P
  • 1
  • 9

*Champs obligatoires

plus d'infos

Dimanche 17 septembre, à 13h, le collectif chilien Teatro Container s’installe avec sa "Cocina Pública" sur la place Jean-Vilar, pour une fête culinaire et artistique !

Tarif : libre participation à l'issue du repas.

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer