Le projet des Ardoines et les enfants

Le 2 juillet, à la Maison des projets, découvrez le projet d'aménagement des squares Voltaire et Bel-air.Le 2 juillet, à la Maison des projets, découvrez le projet d'aménagement des squares Voltaire et Bel-air.© Sylvain Lefeuvre

Education

Publiée le 25 octobre 2018 - Mise à jour le 04 décembre 2018

Le projet des Ardoines avance, et les Vitriots, petits et grands, sont conviés à une nouvelle étape de concertation portant sur les espaces verts : 2 squares de la future rue “Jardin” qui reliera les rues Descartes et du Bel-Air (ZAC Gare-Ardoines) et le futur “jardin de Seine”, près du futur collège (ZAC Seine-Gare). Les plus jeunes ont été les premiers à être concertés sur le sujet.

Les 24 et 26 octobre, les enfants des centres de loisirs primaires Anatole-France et Montesquieu avaient rendez-vous, à l’invitation de l’Epa-Orsa, pour construire le square de leur rêve en vue de l’aménagement des nouveaux squares du projet des Ardoines. Guillaume et Lucille, de l’agence Ville Ouverte, animaient l’atelier.

Évoquant la métamorphose des quartiers de la ZAC Gare-Ardoines, Guillaume explique aux enfants du centre de loisirs primaire Anatole-France, attentifs :

"Ce quartier-là, on réfléchit à le faire, mais il y a encore des choses sur lesquelles, on se demande..., on se pose des questions..., et dans ce quartier-là il va y avoir deux squares, et comme vous, vous utilisez beaucoup les parcs, on s'est dit : tiens, on va parler avec les enfants, voir ce qui pourrait être le mieux à faire au niveau des squares, donc, ça va être votre mission aujourd'hui."

Dessine

Les enfants ont d'abord observé une carte de la ville vue du ciel et repéré avec brio leurs quartiers d'habitation, le fleuve, les voies de chemin de fer. Concernant les travaux, ils ont évoqué d'eux-mêmes ceux du tram, des parcs, de la gare des Ardoines, avant qu'une petite voix n'interpelle l'animateur, du haut des ses quelque 7 ans :

"Excusez-moi, j'ai une question, je crois qu'il va y avoir aussi un collège, non ?..."

faisant la preuve de son précoce intérêt pour la ville, sous le regard ébahi des urbanistes chevronnés présents.

Au travers d’ateliers/jeux de découpage, collages, gommettes, dessins et dans un joyeux brouhaha constructif, les enfants ont pu définir les grandes lignes de leur square rêvé.

Nahil souhaite un toboggan, tout comme Oumgyma "parce que ça glisse vite et qu’on peut monter, et c’est beau", Nathan une tyrolienne "parce que ça tourne vite", "un mur pour grimper", "des fleurs pour faire joli", "une maison pour jouer dedans", "des trucs ronds pour monter dessus", "une balançoire avec beaucoup d’espace pour s’amuser ensemble". Certains, souhaitent même y voir des arbres fruitiers. Peut-être une bonne influence de la Fête du goût ?

Puis, ils sont allés sur leur aire de jeu pour étudier les usages qu’ils en font. Pour le centre de loisirs Montesquieu, c'était le square Charles-Fourier. Et une grande partie de cache-cache a démarré.

"On les observe dans leurs jeux, ce qu'ils s'approprient, ce qu'ils aiment bien, on les questionne, explique Guillaume. Par exemple, ils investissent beaucoup les massifs, qui sont plutôt pensés comme des ornements. On peut se dire qu'ils risquent de les abîmer, mais si on porte un autre regard, on peut parler d'appropriation. Ils utilisent intensément le square, ils ont un grand besoin d'espaces verts."

Parmi les préoccupations des enfants pointées au cours de cette concertation originale : la grimpe qui revient tout le temps et n'est pas assez intégrée, la glisse, ou encore l'espace vert comme comme espace de contemplation, nourricier (arbres fruitiers), avec une demande de gestion raisonnée, de sécurité (fermeture nocturne, interdiction des motos et des quads) et de propreté (des toilettes et "des poubelles qui recyclent, parce que jeter par terre ou garder dans la poche, c'est pas bien").

Et les parents ne sont pas oubliés : des bancs pour qu'ils puissent s'asseoir et des tables pour pique-niquer.

"C'est une opération de délicatesse urbaine, souligne Guillaume. Il faut avoir l'œil, prendre le contre-pied, pour tirer les enseignements que nous donnent les enfants."

Après les deux réunions publiques sur les secteurs de rattachement des collégiens et leur cheminement, les Vitriots sont invités à deux ateliers de concertation qui se tiendront :

  • le 6 décembre pour le “jardin de Seine”,
  • le 13 décembre pour les deux squares des rues Descartes et du Bel-Air.

>> En savoir plus

Le projet des Ardoines et les enfants

Le projet des Ardoines avance et les Vitriots, petits et grands, sont conviés à une nouvelle étape de concertation portant sur les espaces verts : 2 squares de la future rue “Jardin” qui reliera les rues Descartes et du Bel-Air (Zac Gare Ardoines) et le futur “jardin de Seine”, près du futur collège (Zac Seine-Gare). Les plus jeunes ont été les premiers à être concertés sur le sujet. Retour en vidéo avec le centre de loisirs primaire Montesquieu.

Date de création : 12/11/2018

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • 5
  • S
  • 7
  • 6
  • 4
  • 1
  • M
  • M

*Champs obligatoires

plus d'infos

Pour en savoir plus sur le projet des Ardoines

Dossier du mensuel de janvier 2015 réalisé par Véronique Petit

Epa-Orsa
Société du grand Paris (suivi du projet de la ligne de métro 15 sud)

Le site projet

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer