OIN Ardoines : un pont, un collège

Le pont enjambant les voies de chemin de fer aux Ardoines est en passe d'être financé. Il devrait ouvrir à la circulation (véhicules, piétons et transport en commun) en 2022.Le pont enjambant les voies de chemin de fer aux Ardoines est en passe d'être financé. Il devrait ouvrir à la circulation (véhicules, piétons et transport en commun) en 2022.© Richez Associes

Zac Gare-Ardoines

Publiée le 24 novembre 2016 - Mise à jour le 29 novembre 2016

Le réaménagement des Ardoines entre dans une phase active. Les partenaires se sont accordés pour financer la construction du franchissement des voies ferrées. concernant le nouveau collège du Port-à-l'Anglais une réunion publique es programmée le 1er décembre.

C’est un pas important qui est en train d’être franchi. La transformation de secteur compris entre la gare RER Vitry-centre et celle des Ardoines, prend tournure.
Ce périmètre de 300 hectares fait l’objet d’une opération d'intérêt national.

Au début de mois de novembre, les partenaires de ce chantier au long cours ont acté le financement du franchissement des voies ferrées à hauteur de la gare des Ardoines.

À l’issue d’un chantier qui durera jusqu’en 2022, le pont enjambant les voies de chemin de fer permettra :

  • la circulation des véhicules,
  • celle des piétons dans un espace agrémenté de verdure,
  • le passage du transport en commun en site propre TZen 5
  • et une piste cyclable.

La réalisation de ce pont est la condition pour que l’ancien site industriel de la ville puisse changer de visage. La municipalité ambitionne d’en faire un quartier complet avec activités économiques, logement, espaces et équipements publics, autour de la gare des Ardoines où les Vitriots pourront prendre le RER C, la ligne 15 du métro Grand Paris Express et le TZen 5. Pour ce faire, 53 millions d’euros devraient être débloqués.

La somme est répartie entre :

  • l’État, directement (4,515 millions),
  • au travers de la Société du Grand Paris (21,5 millions), au titre de la liaison avec la gare de métro,
  • et de l’établissement public d’aménagement Orly Rungis Seine-Amont (8 millions).

Pour s’assurer qu’il verra bien le jour, les collectivités se sont aussi engagées comme :

  • la région Île-de-France (10,535 millions),
  • le département et, le cas échant,
  • la métropole du Grand Paris (7,45 millions),
  • ainsi que le territoire Grand-Orly Seine Bièvre (1 million).

Du côté de la ville, on pointe la nécessité de financements complémentaires, pour réaliser les aménagements extérieurs. Il s’agit, par exemple, de surélever les voies de circulations pour faciliter l’accès à la nouvelle gare. Les élus et les services négocient un contrat d’intérêt national avec l’État.

Si le principe a été acté lors d’une rencontre du maire, des présidents du territoire et du conseil départemental et le cabinet du Premier ministre, le montant de l’engagement de l’État, lui, reste à définir.

Enfin, au nord des Ardoines, du côté du Port-à-l’Anglais, le collège va enfin pouvoir éclore. Une réunion publique aura lieu le 1er décembre.

La municipalité a pris en charge l’achat du foncier nécessaire, le département et l’établissement public foncier d’Île-de-France assureront la dépollution de la parcelle.
Le 1er décembre, la ville et le département du Val-de-Marne invitent à une réunion publique sur le sujet. L’Épa-Orsa confirmera son ambition de développer le quartier autour du futur équipement.

Nathanaël Uhl

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • X
  • S
  • 8
  • A
  • G
  • I
  • W
  • 1

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer