Parrainage de Sara Kaya, comaire kurde emprisonnée en Turquie

Rencontre avec Sylvie Jan présidente de l’association France Kurdistan.Rencontre avec Sylvie Jan présidente de l’association France Kurdistan.© Sylvain Lefeuvre

Elus, Action citoyenne

Publiée le 12 mars 2018 - Mise à jour le 14 mars 2018

Le 9 mars au soir, Jean-Claude Kennedy parrainait la comaire kurde emprisonnée en Turquie, Sara Kaya. “Un soutien extrêmement important”. Rencontre avec Sylvie Jan, présidente de l’association France-Kurdistan

  • Pourquoi est-il juste de soutenir ces élus kurdes emprisonnés ?

Ils sont emprisonnés de façon arbitraire. Il y a, en Turquie, des arrestations massives d’élus, notamment celles et ceux du Parti démocratique des peuples (HDP), dans l’opposition : 13 députés et 80 maires avec leurs adjoints et leurs employés municipaux... Ce parti vient de publier un rapport accablant sur le fait que les prisons deviennent des centres de tortures. Les prisonnières et prisonniers HDP sont considérés comme les ennemis numéro 1 du président Erdogan.

  • Qui est Sara Kaya ?

Sara Kaya a 48 ans, elle a été syndicaliste, c’est une féministe. Cette comaire (on élit là-bas une femme et un homme à la tête des communes) a fait preuve de courage pour accueillir dans sa ville les milliers de réfugiés yézidis qui fuyaient Daesh. Elle a résisté avec sa population contre l’armée turque. Quand les chars sont entrés dans sa ville et que les jeunes se sont opposés, elle les a soutenus – position qui lui a valu d’être désignée comme une terroriste. Pour cela, elle a plusieurs procès et risque de très lourdes peines. Elle est emprisonnée depuis janvier 2017. Pour le moment, nous ne pouvons pas la visiter ni assister aux procès.

  • Est-ce que ce parrainage est efficace ?

C’est important que les élus français déclarent leur solidarité de façon concrète. C’est aussi une occasion de faire comprendre, auprès de l’opinion publique française, le combat des femmes kurdes pour leurs droits. C’est dans la solidarité internationale qu’elles placent leur espoir.

Propos recueillis par Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 3 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • U
  • W
  • V
  • 7
  • K
  • F
  • T
  • 3

*Champs obligatoires

plus d'infos

CINE-RENCONTRE
Ez Kurdim (Je suis kurde)

Vendredi 16 mars à 20h
aux 3Cinés Robespierre

Communiqué de presse du maire

L'association France-Kurdistan

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer