Sectorisation du collège Seine-Gare

Perspective du futur collège Seine-Gare du Port-à-l'Anglais.Perspective du futur collège Seine-Gare du Port-à-l'Anglais.© Architecte du collège : Rudy Ricciotti

Education

Publiée le 11 juin 2018 - Mise à jour le 12 juin 2018

On connaît désormais la sectorisation du nouveau collège Seine-Gare, situé dans le quartier du Port-à-l'Anglais. Il ouvrira ses portes à la rentrée de septembre 2019. 400 élèves de 6e, 5e et 4e y seront accueillis.

100% des élèves de l’école Montesquieu et 35% de l’école Jean Jaurès y seront sectorisés.

La carte précise des rues a été transmise aux parents d’élèves lors d’une réunion le 28 mai dans les locaux de Montesquieu.

Lors d’une précédente présentation aux associations de parents d’élèves, ceux-là avaient fait part de leur déception quant à une sectorisation qui n’incluait pas tous les élèves de Montesquieu.

La carte prend donc en compte cette volonté de conserver une cohérence de groupe, mais a tout de même fait des mécontents.

"Nous savons que ce n’est pas facile pour les élèves de Jaurès qui logent plus près de Casanova, mais il est impossible de faire 100% de satisfaits. Néanmoins, cette carte garantit la mixité dans le nouveau collège et un temps de trajet à pied n’excédant pas 20 minutes", explique Luc Ladire, élu délégué à l’Enseignement.

En septembre 2019, c’est environ 400 élèves de 6e, 5e et 4e qui intégreront les murs de ce nouveau collège d’une capacité maximum de 600 élèves.

Les parents n’ont pas caché leurs vives inquiétudes concernant la sécurité aux abords du collège, qui est la première infrastructure à sortir de terre dans une ZAC en pleine mutation.

Une réunion sur les cheminements piétons des collégiens (à laquelle les familles concernées seront conviées par courrier) aura  lieu le 18 juin et permettra de faire le point sur les démarches nécessaires pour sécuriser au maximum les trottoirs alentours et l'accès de l’établissement.

"J’ai fait le chemin moi-même avec le service Éducation afin d’identifier les problèmes précis et de proposer des solutions à mettre en place conjointement avec le département",

précise M. Ladire qui cite, par exemple, l’instauration d’une zone 30, le dialogue avec les entreprises de la zone, mais aussi le renforcement de la présence policière aux heures "de pointe" du collège.

Katrin Acou-Bouaziz

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • V
  • 7
  • 1
  • 7
  • 5
  • W
  • P
  • L

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer