Les Transversales du théâtre Jean-Vilar

Le théâtre municipal Jean-Vilar de vitry-sur-Seine crée les Transversales 2016, une manifestation consacrée aux écritures méditerranéennes.Le théâtre municipal Jean-Vilar crée les Transversales, une manifestation consacrée aux écritures méditerranéennes.© DR

Fêtes

Du 24/03/2016 au 03/04/2016

Entre le 24 mars et le 3 avril, le théâtre Jean-Vilar invite les artistes du nord et du sud de la Méditerranée à se rencontrer sur scène.

Les Transversales du théâtre Jean-Vilar proposent 5 soirées consacrées à un voyage autour du bassin méditerranéen, patchwork d’identités culturelles et politiques.

Comment les écritures méditerranéennes se mélangent-elles ?
Comment s’influencent-elles ?
Comment s’enrichissent-elles ?
Quelles préoccupations traversent aujourd’hui la création artistique méditerranéenne ?

En explorant toutes les formes du spectacle vivant, théâtre, musique, vidéo, danse, formes croisées, chantiers de création, le théâtre municipal entend bien provoquer des éléments de réponse.

Plusieurs thématiques se croisent, se traversent, explique Nathalie Huerta, directrice du théâtre. Le multiculturalisme comme identité, l’émancipation de l’individu, le dialogue entre le Nord et le Sud, entre l’Orient et l’Occident, la monstruosité de la guerre y compris dans la vie personnelle et intime de chaque individu, la nécessité et l’urgence de l’art pour échanger et mieux vivre ensemble.

Pour engager le dialogue avec le public, le théâtre a donc imaginé des soirées “mélangées”.

Jeudi 24 mars : 1 000 Peaux

Le jeudi 24 mars, trois danseuses viendront successivement questionner le multiculturalisme à travers le corps : la Franco-Tunisienne Cyrinne Douss, évoluant dans 1 000 Peaux, Hélène Cathala avec Blanc cassé, carnet de voyage chorégraphique en Afrique du Sud, et Cristina qui, sur une chorégraphie de Yann Lheureux, réfléchit l’identité mosaïque d’une danseuse flamenco américaine.

Mardi 29 mars : labos

Le 29 mars, Véronique Bellegarde, Julien Bouffier et Hugo Paviot, trois auteurs de théâtre et metteurs en scène, présenteront leurs futurs spectacles lors des labos de la création.

Mercredi 30 mars : concert d’Akli D

Et le 30 mars, la soirée musicale débutera par l’avant-première du concert d’Akli D, hommage à Lounes Matoub, avant de se laisser porter par le métissage de la chanteuse Souad Massi.

La notion de mélange culturel est essentielle dans ce temps fort. Il s’agit d’explorer comment la rencontre multiculturelle va influer sur les écritures artistiques et également de proposer aux publics un regard différent sur les écritures de Méditerranée à travers plusieurs spectacles qui se mêlent, se rencontrent, précise Nathalie Huerta.

“Nous souhaitons ainsi favoriser la construction d’une culture commune”, souligne Béatrice Fumet, responsable des relations avec le public.

Vendredi 1er avril : Réversible

Chorégraphe et interprète de Réversible, Bouziane Bouteldja se réjouit de participer, le 1er avril, à un tel événement, “car les Transversales donnent la possibilité de ne pas danser uniquement pour un public averti, mais pour l’ensemble de la population”.

Dans son solo, où la vidéo accompagne la danse, il aborde la question de son émancipation (de l’éducation, la religion) et entend toucher également les ados.

Quand je rencontre des jeunes, poursuit- il, je leur explique qu’il est important d’accepter la différence et de s’ouvrir à des choses qui ne sont a priori pas leur culture. La danse m’a été imposée lors d’un atelier. Sans cela, je ne l’aurais jamais découverte.

Dimanche 3 avril : Le Poète comme boxeur

Comme en écho à cette liberté conquise, ces Transversales s’achèveront le 3 avril avec Le Poète comme boxeur, texte du “poète en trois langues” Kateb Yacine, adapté et interprété par Kheireddine Lardjam, artiste en résidence.

Sylvaine Jeminet

La culture contre tous les obscurantismes

Les Transversales s’inscrivent pleinement dans l’engagement de la ville pour la culture de la paix, le dialogue, l’ouverture au monde que nous proposons depuis plus de vingt ans déjà comme fil conducteur à de nombreux spectacles ou initiatives du théâtre municipal Jean-Vilar.

Conçues comme un temps de mise en regard et en dialogue de plusieurs cultures, elles vont permettre de valoriser la liberté de création et une vraie démarche de fraternité autour de l’art en mouvement, vivant et renouvelé. Créer ces ponts, ces passerelles, est d’autant plus important dans cette période où la culture peut être au coeur du combat contre tous les obscurantismes et les préjugés.

L’échange entre l’Orient et l’Occident, voulu avec les oeuvres présentées, fait transparaître des thématiques très actuelles, qui nous concernent tous : la paix, l’émancipation humaine, la révolte, l’échange…

Nous avons, à Vitry, une forte tradition culturelle qui s’est toujours nourrie du dialogue entre des cultures parfois lointaines, parfois proches, mais qui, toutes, permettent d’accéder à notre commune humanité.

Jean-Claude Kennedy

 
  • rubert le 23/03/2016 à 12:32

    Désolée, mais je n' irai pas.. Je ne comprends pas votre obsession pour le "multiculturalisme". En ce jour terrible, je n' agrée pas du tout. N. Rubert..Lire la suite

 
Laisser un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série, sans espace en respectant les majuscules et les minuscules.

  • U
  • N
  • T
  • B
  • Z
  • E
  • R
  • Y

*Champs obligatoires

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer