L'homme qui marche

Thèmes : GUINO Michel

Guino
  • Adresse : 30 rue de la Petite Saussaie 94400 Vitry-sur-Seine
  • Maître d'ouvrage : Ophlm
  • Année : 1979
  • Technique : sculpture en acier inoxydable
  • Lieu : centre commercial,
  • Architecte : François Girard

Présent à l'origine sur le plateau d'Assy, lors de l'exposition « Sculptures en montagne, poème dans l'espace » de 1973, L'Homme qui marche synthétise une partie des recherches de l'artiste : le souci de la matière et l'appel de la lumière. Personnage acéphale, mu mécaniquement, il exprime la présence de l'industrie dans le coeur de la vie des hommes, à moins que ce ne soit celle de l'âme au sein du métal. Inscrit dans un cycle interrogeant les robots et les automates, cette oeuvre montre, à l'instar d'autres artistes de cette génération (Féraud, Viseux, Tinguely…), que la récupération de pièces venues de l'univers industriel n'est pas un procédé orienté vers le passé, mais une manière d'en extraire une valeur ajoutée, celle d'une poésie de la matière.

Biographie :
Fils du sculpteur Richard Guino, avec qui Renoir collabora, Michel Guino découvre l'art dans l'atelier de son père. Il entre en 1944 à l'école des Beaux Arts, avec César, Féraud ou Hiquily. Développant comme eux un art de la récupération, il se passionne pour le métal. Son travail est couronné par le prix de la critique en 1959, et le prix André Susse en 1961. En évolution constante, le travail de Guino se comprend comme une transsubstantiation laïque : chaque pièce récupérée, chaque fragment de matière est transfiguré dans le nouveau corps de l'oeuvre, sans cesser de faire référence à la société industrielle qui l'a vu naître.

Géolocalisation

Page publiée le 24 septembre 2013 - Mise à jour le 23 février 2017

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer