Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918

Publiée le 11 novembre 2020 - Mise à jour le 12 novembre 2020

En plein confinement, la cérémonie de commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 s'est déroulée avec un cercle limité de personnes de l'ULAC, en présence du maire, Pierre Bell-Lloch, et d'élus de la ville.

Comme chaque année, le monument aux morts, place du 19-Mars-1962, a été, malgré les contraintes sanitaires, le cadre rituel de la cérémonie de commémoration de l'armistice le 11 novembre 1918, marquant la fin de la Première Guerre mondiale. Ce matin, le maire, Pierre Bell-Lloch, et Ludovic Lecomte, adjoint au maire chargé des Anciens combattants, étaient aux côtés des représentants de l'ULAC, avec porte-drapeaux, au son de "la Marseillaise", pour lever les couleurs et fleurir le monument. Ils ont marqué le souvenir de la fin de la Grande Guerre.

Spirale meurtrière

Entre 1914 et 1918, elle a engagé dans sa spirale 72 pays belligérants, parmi lesquelles de nombreuses colonies d'alors. Une des guerres les plus meurtrières de tous les temps qui provoqua la mort de plus de 9 millions de soldats et d'au moins autant de civils dans le monde. En France, en particulier, la population fut sévèrement touchée avec plus d'un million et demi de Françaises et Français morts. Quatre cent quarante-deux soldats ont, pour cette raison, leur nom gravé sur les stèles de Vitry.

Refus de la logique de haine

Le président de l'Union locale des anciens combattants (ULAC), Maurice Cotier, insiste sur les cicatrices laissées par cette guerre.

“Beaucoup de Vitriots ont, parmi leurs ancêtres, des pères ou grands-pères qui ont été appelés par la Nation pour défendre la patrie. L'ULAC, avec toutes les associations d'anciens combattants qu'elle représente, accomplit aujourd'hui la tradition du devoir de mémoire”, rappelle-t-il.

“Il est marqué cette année par le centième anniversaire de l'inhumation du Soldat inconnu de l'Arc de triomphe et par un rassemblement réduit à sa plus simple expression à Vitry à cause de la covid 19, note-t-il avant d'ajouter, notre union reste partisane de la paix plutôt que de conflits terribles.”

Le maire, Pierre Bell-Lloch, a déclaré à cette occasion :

"Je veux rendre hommage à tous ces combattants, parfois très jeunes, génération sacrifiée lors de cette « Grande Guerre », grande en cela qu’elle a été particulièrement meurtrière et a porté les germes de la Seconde Guerre mondiale. Et c’est avant tout sur les enfants d’ouvriers, d’employés, d’agriculteurs qu’elle s’est abattue. Commémorer la fin de la Première Guerre mondiale, c'est réaffirmer notre refus de tout enfermement dans des logiques de haine et de division, quand la parole publique est marquée par une actualité clivante et nauséabonde. Ces commémorations du 11 Novembre nous rappellent à cet enseignement de Jean Jaurès : « la vraie formule du patriotisme, c’est le devoir pour tout citoyen d’accroître en sa patrie les forces de liberté et de justice »."

Outre le monument aux morts au cimetière ancien, des gerbes de fleurs ont été déposées sur plusieurs tombes, notamment celles des deux anciens maires de la ville et anciens combattants, Lucien Français et Clément Perrot.

Gw. M.

Commémoration du 11 novembre 1918

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires