Moins de dessertes du RER C

Publiée le 07 octobre 2021 - Mise à jour le 08 octobre 2021

Depuis la rentrée, les usagers de la ligne C constatent moins de trains présents. Des difficultés de circulation qui compliquent la vie des habitants et salariés à Vitry et que la SNCF compte régler en janvier 2022.

Après une sévère baisse du nombre de trains et de dessertes pendant la crise covid suivie par les perturbations des habituels travaux d’été, le trafic sur la ligne C n’a pas retrouvé, à la rentrée, le niveau de service de janvier 2020. C’est ce qu’ont pu constater de nombreux Vitriots et salariés à Vitry dès septembre.

« Les gens grognent, relève Marc Pélissier, président de l’Association des usagers des transports d’Île-de-France. En juillet, de façon discrète, Île-de-France Mobilité et la SNCF ont décidé de ne pas revenir à la normale sur toute les lignes RER. Pour la C, j’estime la baisse de l’ordre de 10 %. L’argument est qu’il y a moins de monde dans les transports et que cela fait des économies. Mais ces économies restent modestes et risquent de décourager l’usager de fréquenter la ligne. » 

En théorie, depuis 2014, à la gare de Vitry, 4 trains par heure s’arrêtent dans les deux sens, avec un renfort à 8 trains vers Paris le matin et la banlieue le soir. Mais actuellement 6 trains s'arrêtent en heure de pointe et… seulement à 3 en provenance de Paris le matin.

Des retards impactants

Gwladys, jeune alternante dans une société du Port-à-l’Anglais, descend les escaliers de la station rue Pierre-Sémard. « Franchement, j’aimerais bien qu’on ajoute un train sur le RERC le matin entre 9h et 9h30, commente-t-elle, il y a vraiment un grand écart et une longue attente dans cette période-là. »

Sur le quai opposé, Licard, Vitriot agent de sécurité à l’aéroport Charles-de-Gaulle, patiente en direction de Paris.

« D’habitude, je prends celui de moins 5, mais il passe à 10 maintenant. Avec ce trou de 15 minutes, je dois partir en avance et j’arrive à destination plus tôt. Et lorsqu’un train est supprimé, me voilà un quart d’heure en retard, je dois prévenir mon chef et, parfois, ça se répercute sur ma paie, souligne-t-il. Mais le plus galère, c’est le dimanche quand il faut changer à Austerlitz pour retrouver mon changement à Saint-Michel. »

Julie, elle aussi utilise la C tous les jours… quand c’est tenable. « Il y a des périodes où il y a moins de trains. Alors, des fois, je récupère en bus la ligne 7 à Mairie d’Ivry. De toute façon, on sait que, à cette gare-là, le RER ne passe pas souvent. »

Davantage d'arrêts dès janvier

À la SNCF, on convient de la baisse.

« Effectivement, Pascal Gaucher, un des responsables institutionnels de la C à la SNCF, des trains ont été remis en circulation en septembre pour atteindre 79 % du service par rapport à février 2020. Aujourd’hui, l’objectif, à la demande d'IDF Mobilité, est d’atteindre 98 % pour janvier 2022. »

À moyen terme, en vue de l’ouverture de la ligne 15 du métro, la SNCF vient de programmer le principe de trains supplémentaires qui s’arrêteront dès décembre 2023 à l’interconnexion aux Ardoines, soit 8 par heure dans les deux sens. À la gare de Vitry, il n’y aurait pas de changement.

Sur le plus long terme, une réflexion avec les villes et les associations de voyageurs doit démarrer courant 2022 pour réaliser un diagnostic de l’ensemble des services afin d’élaborer un nouveau schéma directeur de la ligne C.

Gwénaël le Morzellec

 

Ligne C du RER

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires