Une semaine pour la danse

Publiée le 09 février 2024 - Mise à jour le 12 février 2024

Chrystine Van Maerrem, directrice de l’académie de danse des Écoles municipales artistiques ©2024 Julian Renard

A l’occasion de la semaine de danse, qui s’est déroulée du 2 au 9 février et dont on vous propose un retour en vidéo, Chrystine Van Maerrem, directrice de l’académie de danse des Écoles municipales artistiques, explique son parcours et le fonctionnement de l’école.

Quel a été votre parcours ?

Ma carrière fait une boucle, partie de Vitry pour s’y achever ! J’ai débuté en tant que danseuse professionnelle au sein d’une structure qui s’appelait l’Ensemble chorégraphique de Vitry dirigée par l’artiste et conseiller municipal, Michel Caserta. J’ai poursuivi mon métier de danseuse et chorégraphe dans plusieurs compagnies à travers la France, au Canada, aux États-Unis... Puis je me suis concentrée sur la conduite de projets en rejoignant l’académie de danse des EMA de Vitry dont j’ai assuré la direction adjointe puis la direction en 2013.

Comment fonctionne l’académie de danse ?

C’est une école qui emploie 13 professeurs et accueille 400 élèves, dès 6 ans, pour tous les âges et tous les niveaux. Nous enseignons huit disciplines : danse classique, contemporaine, jazz, street-jazz, hip-hop, africaine, flamenco, orientale. Nous proposons aussi des ateliers de danse aux seniors les mardis matin qui rencontrent un grand succès. Pour profiter des cours, il suffit de s’inscrire en septembre après avoir pris rendez-vous en juin ou juillet. L’académie de danse est accessible et propose des tarifs adaptés au quotient familial.

Quels sont les projets portés par cette école ?

Nous veillons à ce que toutes les disciplines occupent la même place, qu’elles soient toutes représentées sans hiérarchisation. Nous effectuons un travail de médiation avec les écoles pour que la danse, et plus largement l’enseignement artistique des EMA, soit accessible, pour que les Vitriot·e·s puissent profiter de leur équipement municipal. Nous attachons aussi de l’importance aux relations intergénérationnelles et au mélange de générations. L’inclusion des enfants en situation de handicap est un autre enjeu sur lequel nous travaillons. Cette année, nous allons accueillir dans un même cours des élèves des instituts médico-éducatifs et des élèves des autres écoles de la ville. Enfin, tous les ans, l’académie de danse s’empare des EMA pour proposer la Semaine de la danse en février : une semaine de spectacles et impromptus ouverts à tous les publics.

Propos recueillis par Majda Abdellah

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner le premier caractère et les 4 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires

Partager sur :

FacebookTwitter

Envoyer :

Envoyer