Des graines de culture plantées dans les écoles maternelles

Publiée le 23 mai 2024 - Mise à jour le 24 mai 2024

Pour sa 3e édition, le parcours de découverte artistique Graines de culture, dédié aux enfants des classes maternelles de Vitry et porté par la direction de la Culture, pose ses valises dans les écoles Kergomard et Cachin. Cette année, c’est la compagnie Kokeshi qui mène la danse !

“Comment on peut danser sans bouger nos pieds ?” Élodie Francheteau est danseuse et intervenante artistique au sein de la compagnie Kokeshi. Ce mardi 21 mai matin, elle anime des ateliers avec les élèves de petite section de l’école maternelle Kergomard. “On peut faire ça !” répondent un à un les enfants, en montrant leurs bras qui bougent, puis leur tête qui tourne, puis leur corps qui se penche… À la manière des danseurs-des-vents gonflables. Deuxième étape : les enfants enfilent des jupes roses, violettes, bordeaux et bleues. Et c’est reparti ! Les petits danseurs s’agitent cette fois sans amarre. “On essaie avec la musique ?” s’enthousiasme Élodie Francheteau.

Rendre l’art accessible dès le plus jeune âge

L’initiative s’inscrit dans le parcours Graines de culture mis en place par la direction de la Culture. Fabrice Domenet, chargé de mission Éducation action culturelle, détaille :

“Le but est de mêler résidences et interventions dans les écoles maternelles, et de permettre aux enfants de découvrir les différents équipements culturels municipaux.” Une immersion qui permet de décloisonner l'éducation artistique et de rendre la culture accessible dès le plus jeune âge. “À chaque fois, les enfants sont super créatifs…” admire Fabrice Domenet.

Pour cette nouvelle édition, 7 classes des écoles maternelles Kergomard et Cachin sont concernées par le projet qui se veut multi et interdisciplinaire puisqu’à la croisée de la musique, de la danse, du théâtre, de la lecture ou encore du cinéma.

Un pont entre les générations

La thématique : les matriochkas. Ces petites poupées russes sont au cœur de la pièce Les Joues roses, créée et interprétée par la compagnie Kokeshi, qui s’intéresse aux liens maternels, de filiations et de générations. “La matriochka, c'est notre repère. L’idée, c’est de réfléchir à comment on passe de l'immobilité au mouvement, sourit Élodie Francheteau. Et je suis assez bluffée parce que les enfants sont très à l’écoute !” Les élèves iront voir la pièce à la fin mai, et ne devraient pas être dépaysés puisqu’ils travaillent avec des éléments musicaux et dansés qui s’y rapportent.

Chut. Silence. Le spectacle commence. Les “petits” montrent ce qu’ils ont appris aux “grands” de grande section. Trois groupes et trois saynètes différentes, et des applaudissements après chaque. Mission réussie, le public est conquis ! Et les quelques graines de culture, plantées dans la tête des enfants, semblent déjà commencer à germer.

Clément Aulnette

Les Joues Roses de Capucine Lucas et de la compagnie Kokeshi, mercredi 29 mai à 15h, au théâtre Jean-Vilar.

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires

Partager sur :

FacebookTwitter

Envoyer :

Envoyer