Résidence autonomie : préserver indépendance et communauté

Publiée le 18 mai 2020 - Mise à jour le 19 mai 2020

@Sylvain Lefeuvre

Journal des résidents, animation musicale, prise régulière de nouvelles… Dans les résidences autonomie, tout a été fait pour que confinement ne rime pas avec isolement.

Une gazette pour créer du lien

“L’éloge de la carotte”, “Les grands-mères réinventent la mode”, “Renforcement des abdos obliques”… Voici quelques-uns des titres de la gazette adressée 3 fois par semaine aux 140 résidents retraités des quatre résidences autonomie (Paul-et-Noémi-Froment, Justin-Delbos, Henri-Barbusse, Lucien-Français). Au sommaire : des actus, des portraits, des jeux, des recettes et quelques exercices sportifs en images.

“Nous avons créé ce journal pendant le confinement, pour créer du lien. De plus en plus, ce sont les résidents eux-mêmes qui apportent le contenu”, explique Camille Le Bigot, du service Animation et vie sociale. Elle s’entretient régulièrement par téléphone avec eux pour qu’ils fassent part de leurs idées.

Frapper aux portes pour prendre des nouvelles

Dans les résidences autonomie, avec le confinement, les résidents ont dû rester dans leur logement. Les animations habituelles dans les espaces communs, les repas pris ensemble, les visites de la famille… tout cela a été suspendu. Comment préserver, dans ces conditions, l’esprit de cette formule d’hébergement qui combine indépendance et communauté ?

Si les équipes ont été fortement mobilisées sur la désinfection et l’entretien, elles ont fait aussi de leur mieux pour interagir le plus possible avec les retraités et éviter la sensation d’isolement.

“Les directeurs et l'ensemble des agents prennent régulièrement des nouvelles des résidents par téléphone afin de limiter les contacts et frappent à leur porte si jamais ils ne répondent pas, explique Karelle Le Goslès, chef du service Résidences. 2 à 4 agents sont présents tous les jours dans chaque résidence." De plus, le portage du repas se poursuit pour les personnes inscrites, 7 jours sur 7 (au lieu de 6 jours sur 7 habituellement).

"D’un côté, ont fait tout ce qu’on peut pour que le virus n’entre pas dans les résidences. De l’autre, on essaye, tant que possible, de mettre de l’ambiance en travaillant, en diffusant de la musique par exemple”, confie Nathalie Devol, agent d’entretien.

Un chanteur dans le jardin

Un chanteur est également venu dans chaque résidence pour faire un concert dans les jardins, ce qui a été un vrai succès. De plus, des agents comme des résidents, avec l’Association du Port-à-l'Anglais qui a fourni du matériel et donné du tissu et des élastiques, ont pu se lancer dans la fabrication de masques. L'Association sportive et culturelle de Vitry (ASCV) a quant à elle confectionné et donné des masques aux résidents. Enfin, des retraités ont eu la jolie surprise de recevoir, via l'Association du Port-à-l'Anglais, le centre social Balzac, l’école Montesquieu et les enfants des agents des résidences, des dessins d’enfants.   

Naï Asmar

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 5 premiers caractères et le dernier caractère de la série.

*Champs obligatoires