Reprise de l'école

Publiée le 22 juin 2020 - Mise à jour le 23 juin 2020

Ecole Eva-Salmon - © Sylvain Lefeuvre

Les cris des enfants résonnent un peu plus dans la cour des écoles maternelles et élémentaires. Leurs portes s’ouvrent en grand.

À la direction des Services socio-éducatifs de la ville, on assure que le personnel chargé des activités périscolaires – accueil du matin et du soir, restauration, études dirigées et centres de loisirs le mercredi – assurera ses missions normalement hormis les personnes vulnérables qui restent chez elles. “Ce sera une journée test, souligne le directeur Stéphane Biéchy, mais il faut savoir que les agents de la ville ont déjà très largement repris leur activité.” La cuisine centrale fournira les repas des 60 % d'inscrits fréquentant habituellement la restauration parmi les 10 000 élèves.

Côté direction académique de l’Éducation nationale, contrainte à moultes adaptations en un temps record : “comme les services municipaux, on a transmis à la va-vite les instructions pour le retour des professionnels ne souffrant pas de fragilité aux côtés des élèves”. Pour Cyrille Micheletta, professeur des écoles à Anatole-France, représentant local du SNUipp-FSU, “la majorité des enseignants sera à l'école avec ses élèves qui retrouveront enfin leur groupe classe”. Il indique ainsi dans son établissement 3 professeurs qui ne reviendraient pas pour des raisons de santé, sur les 18 que compte l’école.

C’est avec l’allégement, par décret du 14 juin, du protocole sanitaire contre la pandémie covid 19, que ce retour est possible. En maternel, il n’y a plus de règle de distanciation pour les élèves d’un même groupe et, en élémentaire, elle est fixée à 1 mètre, les enseignants portent un masque s’ils ne peuvent maintenir cet écart. La ville continue de mettre à disposition un flacon de gel hydroalcoolique dans chaque classe chaque semaine et des lingettes, tandis que des masques sont prévus pour ses agents.

Le repli des précautions sanitaires ne rassure pas tout le monde

“Il ne suffit pas de décréter que l'école est à nouveau obligatoire pour que les parents se précipitent pour mettre à l’école leur enfant 2 semaines avant les vacances, soit pour 8 jours d’école”, souligne Cyrille Micheletta, qui rappelle que les trois quarts des familles de son école, consultées après les annonces de reprise progressive du 11 mai, n'avaient alors pas souhaité ramener les enfants. Une attitude qu’il estime “visible surtout dans les quartiers populaires : elle marque une défiance face au gouvernement qui a d’abord fait porter le choix sur les familles puis joue l’hypocrisie en essayant de faire respecter un mètre entre les élèves et le mépris en discréditant les enseignants soumis aux injonctions contradictoires”.

Gwénaël le Morzellec

A lire également : Secondaire : retour accéléré

Tous les services municipaux intervenant sur le temps périscolaire (accueil du matin et du soir en maternelle, accueil du matin en élémentaire, restauration, études dirigées, centres de loisirs le mercredi) fonctionneront normalement à compter du lundi 22 juin, dans le respect des recommandations du nouveau protocole sanitaire.

 
  • Foulon le 22/06/2020 à 13:52

    BonjourComme votre article met en avant que les 3 / 4 des parents n envisageaient pas de remettre leurs enfants à Anatole France en date du 11 Mai Pouvez vous nous indiquer quelle a été le taux de peesence dans cette école aujourd hui 22 juin ? MerciLire la suite

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires