Secondaire : retour accéléré

Publiée le 19 juin 2020 - Mise à jour le 03 juillet 2020

Collège Romain-Rolland - © Sylvian Lefeuvre

Écoles, collèges, lycées, la reprise s'accélère pour le système éducatif, à Vitry comme dans toute la France. Une reprise qui déstabilise parfois élèves, corps enseignant et parents.

Les jeunes Vitriots du secondaire reprennent le chemin de leur établissement d'abord prudemment, avant d'y aller d'un bloc après le 22 juin, en tous cas au collège... Une brusquerie qui déroute et, parfois, culpabilise la communauté éducative. La reprise de contacts au sein de l'établissement du secondaire entre professeurs et une partie des élèves a démarré très progressivement.

  

Tournée des établissements

Au collège Audin, dès le 4 juin, des élèves ont eu plaisir à se retrouver dans la cour, même avec les masques, en classe leur nom est écrit sur leur table et ils se retrouvent en demi groupe un jour sur deux, avec désinfection en grand le mercredi. À Rolland, un “super protocole” a été mis sur pied. À Casanova, les 6es sont là le matin, les 5es l'après-midi, rejoints par d'autres niveau depuis, et les classes d'élèves allophones arrivant en journée complète deux jours pas semaine, car, venant de loin, ils mangent à la cantine. Masques, lavages de mains++, marquage au sol. Les équipes d'entretien et de vie scolaire sont très mobilisées. De même à Lakanal.

 

Reprise progressive et retrouvailles appréciées

Quelques élèves de 6e et 5e, suivis cette semaine par des 4es et 3es refréquentent le collège, de même les plus âgés retournent au lycée pour y évoquer essentiellement des difficultés ou orientation. “Les accueils, très disparates, se font en fonction de l'application du protocole variable selon les sites”, souligne Gaëlle Angelo Santo, coordinatrice locale et représentante départementale de la FCPE 94. Du sur mesure très contraignant, mais rassurant dans chaque établissement où les élèves se comptaient donc par poignées.

Au collège Vallès, ils ont gardé leur masque, même s'il ne le mettent pas forcément à l'extérieur. “On a passé un après-midi extraordinaire avec une séance de renforcement musculaire et un parcours cross et défit athlétique”, se réjouit Ghyslain Élias, prof d'EPS. Ce prof principal de 6e souligne un retour à l'établissement "dans un climat serein facilité par le travail des agents du département chargés du nettoyage et de la maintenace et aussi du personnel de la vie scolaire". Il note aussi qu'il y a proportionnellement plus d'enseignants de retour que d'élèves. Le principal, David Falguera, détaille le retour organisé : “après avoir sondé les parents et grâce à un personnel d'entretien et éducatif suffisant, on est parvenu à accueillir chaque jour, pour un enseignement adapté, 11 des 15 élèves primo-arrivants, deux jours par semaine, 49 6es et 5es sur 300, et, dès le 15, des 4es et 3es. Les profs font cours sur place une demi-journée par semaine, sinon à distance”. Pour le principal et le prof d'EPS, les liens scolaires se maintiennent donc. "Seuls 8 élèves ont dû récupérer leur travail sous format papier devant l'établissement faute d'accès au numérique, tandis que pendant la phase très importante d'orientation des 3e, achevée dans les temps, les contacts ont été excellents avec les parents".

 

En lycée pro et général

Dans les lycées, les filières pro surtout ouvraient leurs classes. À Chérioux, depuis cette semaine, 5 locaux permettent d'accueillir seulement 6 élèves par filière (sur 700). Mais les secondes pro, très décrocheuses, ont fini mentalement leur année, comme les élèves de terminales pour qui les épreuves finales ont été annulées et qui seront jugés en contrôle continu… avec bienveillance. Restent les élèves de BEP et BTS en poursuite d'études qui doivent se remettre à niveau. À Macé aussi, les élèves pro identifiés en rattrapage du bac étaient spécialement accueillis.

En filières générale, les établissements reçoivent pour la préparation au rattrapage du bac, mais, comme à Macé, on juge “difficile de faire revenir l'ensemble des élèves, même une fois, à cause du protocole”. Les inscriptions à venir sont aussi de mise tout comme à Rolland.
 

Ouverture pour tous déroutante

Cependant, la reprise très progressive va s'accélérer brutalement le 22 juin. “Beaucoup de parents, peu rassurés, ne veulent pas remettre leur enfant, jeune collégien, dans l'établissement”, rapportait, dès le 10 juin, Céline Latil, parent déléguée FCPE à Chérioux collège et lycée.

Une inquiétude qui vient se heurter à la 3e phase de la crise sanitaire, dont le retour obligatoire de l'ensemble des élèves vers les collèges (et les écoles) par la levée gouvernementale des lourds protocoles. La distanciation décidée le 14 juin par décret passe en effet de 4 mètres à un mètre au moins, mais la règle évolue d'ores et déjà : si le mètre n'est pas tenable, le port du masque s'imposera, a dit le ministre de l'Éducation le 17 juin.

Après le 22 juin, les portes des collèges ouvriront à tous (pas dans les lycées). Mais les élèves décrocheurs ou inquiets, fragiles reviendront-ils face à leurs profs en salle de classe ?

Ce changement de braquet, Nageate Belahcen, responsable départementale de la FCPE, s'en étonne dans plusieurs médias. “Pourquoi une réouverture à deux semaines des vacances, alors que les parents se sont organisés autrement ? Que les conseils de classe et orientations ont été faits ?” questionne-t-elle en réclamant un plan d'urgence pour l'école, et face à la crise, la formation des enseignants et la réduction de la fracture numérique... “Il faut arrêter de croire que les parents sont aussi décrocheurs, et que, comme les enseignants et les élèves, ils n'ont pas gérer cette crise, ajoute-t-elle. Nous, les parents, ça fait trois mois qu'on est sur le pont et que l'on gère, avec les équipes sur le terrain, la question de ce protocole sanitaire, de ce retour à l'école, de cette continuité pédagogique.”

  

Vers une rentrée inquiétante

En effet, les délégués de parents ont participé à plusieurs concertations rassurantes. Gaëlle Angelo Santo de la FCPE le précise : “pendant le confinement, des rencontres à distance hebdomadaires avec le rectorat et aussi début juin, une visioconférence pour le conseil d'administration de chaque collège où se votait l'organisation de la réouverture prudente des établissements selon des protocoles débattus”.

Ces perturbations ne gomment cependant pas l'agenda : la rentrée de septembre dans le secondaire paraît déjà inquiétante à certains. Ainsi la suppression d'une 6e à Chérioux (liée à la baisse des effectifs indique-t-on au rectorat), les effets de la réforme sur le nombre d'heures d'enseignement, le grand nombre d'élèves par classe...

 

Gwénaël le Morzellec

INFO : Tous les services municipaux intervenant sur le temps périscolaire (accueil du matin et du soir en maternelle, accueil du matin en élémentaire, restauration, études dirigées, centres de loisirs le mercredi) fonctionneront normalement à compter du lundi 22 juin, dans le respect des recommandations du nouveau protocole sanitaire.
 

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 premiers caractères et le dernier caractère de la série.

*Champs obligatoires