Les associations reprennent leurs activités

Publiée le 17 juillet 2020 - Mise à jour le 21 juillet 2020

© Sylvain Lefeuvre

Le 3 juillet, l'association Les couleurs de la dalle organisait “Les retrouvailles”, la réunion de tout le quartier, avec l'aide de la Semise, bailleur social. L'occasion de revenir sur l'intense mobilisation associative Vitriote pendant le confinement.

Les tables sont dressées en plein air sur la dalle Robespierre, au centre-ville. Chaque famille apporte un plat, des boissons, les cookies fabriqués par les enfants. Vendredi 3 juillet, l'association Les couleurs de la dalle organisait “Les retrouvailles”, la réunion de tout le quartier, avec l'aide de la Semise, bailleur social. Très mobilisées pendant le confinement avec la confection de masques, l'aide aux devoirs ou encore les collectes alimentaires, les associations de quartier retrouvent peu à peu leur rythme habituel. Djamila Tamarat, la responsable, est soulagée : “L'association m'a permis de supporter ce confinement. Sans toute cette énergie, franchement, j'aurais déprimé. Ensemble, à se serrer les coudes, nous pensions moins au danger”. Dans la belle lumière du soir, chacun est heureux de vivre un peu comme avant. Le buffet respecte toutefois les gestes barrières : pas question de se servir soi-même. Des bénévoles, masqués et gantés, assurent la distribution des victuailles dans chaque assiette.

De la couture pour protéger

Cette première fête des voisins post-Covid est l'occasion de distribuer aux familles, qui en manquent encore, des masques faits mains. Les 8 couturières de l'association Les Couleurs de la dalle en ont fabriqué 500 au total. Au plus fort de l'épidémie, la confection de masques a mobilisé toutes les bonnes volontés de la ville. Couture en mieux, l'Association du Port-à-l'Anglais et l'ASCV, l'Association sportive et culturelle de Vitry, ont cousu près de 3 000 masques, pour la mairie, les ehpad, les foyers de travailleurs, les sans-abris et fabriqué une trentaine de sur-blouses lavables pour le personnel d'une maison de retraite, à partir de chemises d'homme recyclées.

Du temps pour accompagner

Pour le suivi des devoirs, il fallait également faire preuve d'imagination. Au centre ville, l'Ecole du web - Pôle S a prêté 3 ordinateurs avec abonnement Internet gratuit à des familles qui ne pouvaient pas assurer l'école à la maison. L'association Jeunes solidaires -qui regroupe des étudiants et des lycéens- assure d'habitude un soutien scolaire à la bibliothèque. Comme elle était fermée, l'accompagnement d'une vingtaine d'élèves s'est poursuivi en ligne, en visioconférence. “Ce qui est fort”, raconte Samuel-Gaël Komesha, le tout jeune fondateur, “c'est que grâce à Internet, une de nos 50 bénévoles, étudiante à Sciences Po, a pu suivre son élève à Vitry, alors qu'elle était bloquée par le Covid au Maroc !” Les cours à distance ont tellement bien fonctionné qu'ils continuent à la rentrée. Mais dès ce mois de juillet, les Jeunes solidaires accueillent à nouveau des élèves du primaire et des collégiens, par petits groupes de 3 à 5, plusieurs jours par semaine, dans un local du quartier du Plateau, où doit bientôt naître un centre social.

En août, pendant deux semaines, l'association Jeunes solidaires proposera également des permanences de soutien scolaire à la bibliothèque municipale Nelson-Mandela. “Nous avons bien mesuré les dégâts cette année”, ajoute Samuel-Gaël Komesha. “Et au delà du suivi scolaire, nous avons envie d'aider les jeunes dans leur recherche d'emploi. Accompagner leur réussite, qu'ils aient confiance et osent aller au bout de leurs projets”. A la Commune de Paris, l'Espace Les Monis reprend également cette semaine ses cours de Français, et propose comme avant des permanences administratives.

De l'énergie pour secourir

Au Port-à-l'Anglais, en partenariat avec le squat d'artistes et d'artisans Le Pylos, des distributions d'invendus du marché de Rungis s'organisent chaque vendredi et samedi et profitent à près de 200 familles. Lol'idays ouvre son épicerie solidaire sur rendez-vous pour respecter les règles sanitaires et la CNL, avec les Secours Populaires et catholiques, confectionne des paniers repas.

“Le confinement a mis en galère plein de personnes”, atteste Naïma Serradj, bénévole de l'ASCV, qui participe comme de nombreux bénévoles d'autres associations à des collectes de denrées. Sont distribués, pendant des semaines, des colis alimentaires, à des familles qui n'ont pas reçu leurs allocations, aux étudiants de la résidence Laborit, sans petits boulots et sans ressources, à des SDF accueillis dans un hôtel près du MacVal, ou encore à des migrants. “Plusieurs jours de suite, un bienfaiteur, un opticien de la ville, a payé un cuisinier pour confectionner 50 repas chauds que nous avons distribué. Une autre fois c'est un grossiste en boissons qui nous a rempli un camion entier.”

Ces dernières semaines, enfin, plusieurs associations ont pu distribuer gratuitement des centaines de kilos de pommes de terre aux habitants, grâce à un agriculteur qui ne voulait pas jeter sa production. De cette mobilisation associative restent aussi les jolis dessins d'enfants envoyés aux personnes âgées du foyer Delbos, rue Pasteur. Ou les quelques 98 kg de déchets arrivés d'un coup au composteur du Port-à-l'Anglais pour sa réouverture.

Des souvenirs drôles, forts, parfois très durs, qui donnent même aujourd'hui envie à certains bénévoles des associations de Vitry d'écrire un livre pour raconter leur confinement.

Lucie Darbois

CONTACTS
Jeunes solidaires - mail
Instagram : jeunes_solidaires
Les couleurs de la dalle
0143915877
Association quartier Port-à-l'Anglais
0645436055 - mail
Espace Les Monis
0778283388
Couture en mieux
0668232761
Lol'idays, épicerie solidaire - mail
ASCV
0781354490
Le Pylos
231, rue Gabriel Péri 94400 Vitry-sur-Seine
CNL
01 46 81 42 33 - mail

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires