Les P’tits Vitriots défient l’avenir

Publiée le 16 février 2021 - Mise à jour le 16 février 2021

2018- Les P'tis Vitriots de Jean-Moulin participaient au réaménagement du square Audigeois - © Sylvain Lefeuvre

"Les P’tits Vitriots défient l’avenir" est un programme d’accompagnement à destination des écoles créé en 2016 par la ville. L’objectif ? Soutenir les enseignants qui montent des projets de sensibilisation aux enjeux environnementaux avec leurs élèves.

En septembre 2020, ce ne sont pas moins de 13 classes de CM1 ou CM2 qui ont candidaté pour intégrer le programme « Les P’tits Vitriots défient l’avenir », avec pour objectif, permettre aux enfants de :

  • Comprendre les grands enjeux de l'environnement, de l'énergie et du climat ainsi que les problématiques liées aux changements climatiques.
  • Expérimenter la mise en place de solutions concrètes de lutte contre les changements climatiques dans la classe ou dans l'école (mesures et suivis, changements d'habitudes, écogestes...) et en vérifier la reproductibilité dans la vie quotidienne.
  • Apprendre à communiquer sur les questions liées à l'environnement, par la création de supports valorisant leurs travaux, par exemple.
  • Comprendre et participer à un projet collectif et interdisciplinaire qui rentre dans la dynamique de leur territoire.

« On se débrouille pour accepter toutes les classes volontaires », explique Nadège Gaudefroy du service Environnement, avant de rappeler le contexte dans lequel est né le dispositif. « Il a été pensé dans le cadre du programme communal énergie climat (PCEC) avec l’organisation d’un défi des écoles à énergie positive, mais aujourd’hui, cela dépasse le périmètre de la problématique énergétique. »

Des projets autour de trois thèmes

En effet, les enseignants, qui construisent leur projet librement, peuvent choisir parmi trois thèmes « Économisons l’énergie », « Cultivons la ville » (sur l’agriculture urbaine) et « Préservons les ressources naturelles » (sur l’économie circulaire). Ainsi, certains élèves travaillent sur une campagne d’affichage sur le compostage pendant que d’autres montent une pièce de théâtre ou fabriquent des tote bags (sacs en toile)...

« Les élèves sont vraiment acteurs des projets ! » insiste Nadège Gaudefroy.

Un travail en partenariat

Les classes participantes bénéficient alors de trois ateliers tout au long de l’année entre novembre et avril. Un des ateliers a lieu à l’Exploradôme avec des animateurs du musée et les deux autres directement à l’école, en classe ou à l’extérieur si besoin (jardin pédagogique par exemple), avec un intervenant de la ville (service Espaces verts), un intervenant de l’Agence énergie du Val-de-Marne ou/et d’une association partenaire.

Si la crise sanitaire a nécessité quelques aménagements de calendrier, tous ou presque ont pu avoir lieu. « Il y a quelques classes qui n’ont pas pu se rendre à l’Exploradôme, mais globalement tout a été maintenu malgré les contraintes sanitaires », raconte Nadège Gaudefroy.

« Nous apportons nos connaissances, mais aussi le matériel quand c’est nécessaire : un composteur, des plantes aromatiques, des légumes à planter », précise Hervé Herluison, responsable des animations jeune public du pôle Animation nature et communication de la ville.

Seule inconnue pour le moment : ces projets pourront-ils être présentés lors d’une exposition à l’hôtel de ville en juin comme par le passé ? L’avenir de la planète nous le dira…

 

Katrin Acou-Bouaziz

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner le premier caractère et les 4 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires