Le maire inquiet pour le projet des Ardoines

Publiée le 17 février 2021 - Mise à jour le 17 février 2021

Après plusieurs mois de discussion avec l’État et l’EPA-ORSA, le maire, Pierre Bell-Lloch, a tenu à partager ses inquiétudes concernant le projet des Ardoines avec les Vitriots et les élus de la ville. Il demande des garanties dans un courrier adressé au premier Ministre le 16 février.

En 2009, l’État identifie le potentiel du secteur des Ardoines à Vitry et sollicite la ville pour engager sa mutation en un secteur de développement stratégique pour la métropole au sein du territoire Orly Rungis–Seine Amont. La ville s’engage alors dans le projet à la condition qu’il porte également les intérêts de ses habitants, notamment en terme d’emplois.

Un accord et des engagements sont formalisés par la signature d’un Contrat d’intérêt national en 2017.

Depuis, des réformes fiscales et les baisses de dotation de l’État fragilisent l’accord. La participation de la commune au redressement des finances publiques a soustrait 8 millions d’euros par an en moyenne au budget de la ville.

“Poursuivre l'OIN reviendrait pour la ville d'un côté à ne plus investir sur son territoire ou ses services publics et de l'autre à augmenter la fiscalité pendant plusieurs mandats, explique le maire, Pierre Bell-Lloch. Une solution inenvisageable pour un territoire populaire comme le nôtre.”

Après plusieurs mois de pause, le maire a entamé des discussions dès cet été avec le préfet et l’EPA-ORSA, l’aménageur, pour permettre de relancer le projet dans la perspective d’un équilibre financier soutenable pour la ville, sans renoncer à aucune de ses ambitions pour les Vitriots.

“Après avoir travaillé de longues heures, nous sommes au regret de constater que sans moyens supplémentaires de l’État, il sera très compliqué pour la ville d’investir à la hauteur demandée, explique le maire. Aujourd’hui, on voit les logements on ne voit pas les emplois, on voit les promesses, on ne voit pas les moyens qui vont avec.”

Le maire a alerté les élus du conseil municipal en préambule de la séance du 10 février. Il a adressé une lettre ouverte au premier Ministre le 16 février, demandant “avant de continuer, des garanties que nous ne sommes pas parvenus à obtenir jusqu’à ce jour” :

  • la révision du soutien de l’État ;
  • le respect des engagements pris comme le départ du dépôt pétrolier ;
  • un accompagnement prioritaire de la ville de Vitry dans cette opération d’intérêt national ;
  • un comité des financeurs co-piloté par l’État avec les collectivités concernées ;
  • un calendrier de consultation des habitants.

“La municipalité et ses élus réaffirment leur engagement dans l’OIN mais si, et seulement si l’effort est partagé et la ville respectée, stipule le maire dans son courrier. Seul le respect de ces demandes semble pouvoir le garantir. C’est pourquoi nous vous alertons sur une situation de blocage risquant de freiner durablement le développement de notre région”.

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires