Témoignage Chiraz Mella

Publiée le 08 avril 2021 - Mise à jour le 09 avril 2021

© Alexandre Bonnemaison

Faire rouler les rames du nouveau Tram 9 mis en service au cours de ce mois d’avril entre Paris et Orly via Vitry, voilà ce que se prépare à accomplir au quotidien, avec plusieurs autres dizaines de conducteurs, Chiraz Mellah, Vitriote d’une trentaine d’années.

Conduire un tram, est-ce une évidence pour vous ?

J’ai postulé sans hésitation. Pour moi, les métiers d’homme ou de femme n’existent pas, même si certains proches pensent que celui-là n’était pas fait pour moi. J’adore conduire, par exemple en voiture, un Paris-Marseille ne m’effraie jamais. C’est vraiment génial parce que je sens que je commence par le haut de gamme des transports en commun. C’est un rêve qui se réalise. Ce tramway embellit ma ville et, en plus, il passe tout près de chez moi à Vitry.

Comment vous êtes-vous préparée à cette mission ?

Après avoir réussi les tests psychotechniques, j’ai suivi une formation intensive de plusieurs semaines, à la fois théorique et pratique, avec d’autres candidats conducteurs. J’ai beaucoup travaillé et je suis sortie première de ma session, avec des résultats positifs aux trois examens. Pour être conductrice de tramway, transporter des personnes, il faut être vigilante, avoir une grande concentration, savoir anticiper, être ponctuelle et, surtout, toujours être attentive à la sécurité, c’est primordial la sécurité, on me l’a beaucoup répété pendant la formation.

Quels choix avez-vous fait dans votre vie ?

Travailler : c’est vital pour mon équilibre. Me rapprocher de mes parents, donc venir vivre à Vitry, et éduquer mon fils avec comme valeur l’honnêteté, être soi-même.

Quelle est votre ambition ?

Progresser, évoluer. Ne jamais me dire c’est impossible.

Gwénaël le Morzellec

  

Dossier : Le Tram 9 arrive

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires