Prendre le 183 pour la dernière fois

Publiée le 12 avril 2021 - Mise à jour le 13 avril 2021

Ils étaient nombreux ce samedi 10 avril à monter dans leur bus 183 pour la dernière fois. Témoignages le long de cette ligne mythique.

Il y a ceux comme Dominique, Vitriot, qui n’avait pas réalisé qu’il montait pour la dernière fois à bord du 183, qu’il emprunte tous les jours depuis 4 ans pour aller travailler. « Je savais que le tramway démarrait aujourd’hui, mais je n’avais pas compris que le bus allait disparaître ! » explique le quarantenaire, plus surpris qu’ému. Et ceux comme Marguerite, 74 ans, Choisyenne, qui se confie les larmes aux yeux.

« J’ai pris ce bus pendant 40 ans. Surtout pour faire mes courses. Il a toujours été bondé, mais malgré tout, les chauffeurs avaient le sourire, la gentillesse, le petit mot pour détendre l’atmosphère. Le tram sera plus rapide et plus confortable », reconnaît cette passagère assise en direction de Choisy où elle montra dans un Tram 9 pour la première fois. 

Son fils, Hand, 29 ans, l’accompagne ce matin pour le grand jour et explique l’impatience ressentie. « Cela fait 4 ans que nous subissons des nuisances. On a même installé des fenêtres antibruits, les mêmes que près des aéroports ! Alors, ce dernier trajet en bus et ce premier trajet en tram, on ne voulait pas les rater ! » Même mélange de regrets et de joie chez Igor, 19 ans, qui ressent une petite nostalgie pour ce vieux bus qu’il a tant utilisé pour ses études et ses sorties sur Paris. « On va quand même gagner beaucoup de temps de trajet avec le tram ! » raconte-t-il ce matin.

D’autres encore avaient anticipé l’événement en organisant un concert de klaxons pour les derniers 183 qui passeraient à Vitry dimanche 11 avril. Belaïd Rettab, Vitriot de 33 ans, à l’origine du projet, tenait à saluer une dernière fois la bonne humeur, la ponctualité des chauffeurs et la propreté des bus.

« C’est une grande tristesse et on voulait faire une haie d’honneur aux chauffeurs malgré le contexte ».

Le maire, Pierre Bell-Lloch, conscient de l’attachement des habitants à ce transport, a même évoqué ce week-end la possibilité de garder un des bus 183 en souvenir d’une époque désormais révolue.

Katrin Acou-Bouaziz

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner le premier caractère et les 4 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires