Tests salivaires en primaire

Publiée le 03 mai 2021 - Mise à jour le 05 mai 2021

© Sylvain Lefeuvre

Étalée jeudi 29 et vendredi 30 avril ainsi que lundi 3 et mardi 4 mai, une deuxième campagne de tests salivaires des élèves et du personnel des écoles primaires a lieu. Résultats sous 72 heures. Reportage à l’école Éluard A.

Une forte majorité des élèves d’Éluard A a répondu à l’appel ce jeudi pour effectuer un test salivaire à l’école. À l’occasion de cette deuxième campagne de dépistage, pilotée par l’Agence régionale de la santé, soutenue par l’Éducation nationale et la ville, ils étaient encore plus nombreux que la dernière fois à avoir l’autorisation parentale. Échelonnée sur plusieurs jours, elle concerne toutes les classes maternelles et élémentaires.

« Comment on va faire ? » interroge en levant le doigt Mohamed, élève du CE1, assis à côté d’une dizaine de camarades dans la salle dévolue en temps ordinaire au réseau d’aide. Samia, jeune vacataire à la restauration scolaire municipale, venue renforcer avec une collègue cette mission sanitaire, lui répond tranquillement. « Vous cracherez dans le flacon, mais pas par terre, et il ne faudra pas faire de mousse, il en faut assez pour pouvoir y mettre un coton-tige, je viendrai vérifier… »

En face d’eux, depuis la table où s’empilent formulaires, enveloppes transparentes d’emballage et de transmission au laboratoire, et où s’alignent les petits flacons au bouchon rouge, deux étudiants en 3e année de médecine et de pharmacie appellent chacun par son prénom en lisant l’étiquette sur le flacon.

Concentré, sérieux, chacun salive ensuite à grand renfort de succion et de bruits. « Si vous passer votre langue dans votre bouche contre vos joues pendant 30 secondes, ça devrait aller. » Il faudra une vingtaine de minutes au groupe de dix pour rejoindre sa classe et son professeur.

72 heures après, au plus tard, les parents pourront consulter sur le site du laboratoire le résultat, grâce à un code envoyé par courriel. La dernière fois, les parents d’enfants positifs ave été prévenus par téléphone.

La directrice, Déborah  Eskenazi, a prévu les tests du personnel volontaire après le passage des classes, pendant la récréation.

« C’est tout une organisation, souligne-t-elle, pendant, mais aussi lors des préparatifs pour la demande d’autorisation aux parents et la transmission des éléments au laboratoire. Le plus délicat restant l’attente des résultats. » En effet, un seul enfant positif oblige à fermer la classe qui se poursuivra en distantiel si l’enseignant n’est pas malade lui-même. »

Enfant et personnel positif doivent réaliser dans les 7 jours un test PCR.

Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires