Maé-Bérénice Méité, patineuse convalescente

Publiée le 28 mai 2021 - Mise à jour le 31 mai 2021

Maé-Bérénice Meité, 26 ans, notre patineuse artistique six fois championne de France, en compétition en Europe, aux mondiaux et aux JO, immobilisée à cause d’une blessure au tendon d’Achille en mars, garde un moral entier. Rencontre.

À Vitry, où elle poursuit sa convalescence, Maé-Bérénice achève un mémoire de master 2 et « avance à petits pas » avant sa saison 2021-2022. Elle évoque pour nous ses projets et le club qu’elle a créé à Vitry.

Comment voyez-vous la saison prochaine de patinage ?

J’ai été opérée fin mars, 6 semaines d’immobilisation, et depuis 2 semaines sans plâtre je suis en réathlétisation à l’hôpital Saint-Maurice à la suite de ma blessure aux championnats du monde. Je réapprends à marcher. Je dois être patiente, et c’est très dur quand j’ai envie de marcher plus vite ou de danser. Alors je danse assise, avec le haut du corps (rires). Ma prochaine saison dépend de l’évolution de ma blessure au tendon d’Achille, je vais écouter mon corps, on adaptera. Mais je la visualise comme on l’avait prévue avec la Fédération française de glace. On a planifié les compétitions à faire, l'échelonnement des paliers de progression. Les compétitions majeures. La compétition qualificative pour les JO en Allemagne en septembre, les grands prix, les master et les championnats de France, d’Europe et on espère les JO et monde.

D’où tenez-vous votre énergie ?

La joie et la bonne humeur, c’est important, on tombe vite dans un trou bien profond si on ne l’a pas. C’est prétentieux de le dire, mais une grande partie de la bonne humeur, le déclic, vient d’abord de moi. Même si les personnes autour de moi sont super positives, encourageante – j’ai une famille en or, des amis exceptionnels, des gens à 2 000 % avec moi – si je n’y croyais pas ça ne fonctionnerait pas. Tout cela m’aide à garder en tête le but final. Et là, il s’agit d’avancer un petit pas à la fois, car, pour le coup, je fais des petits pas (rires). Pendant ma convalescence, j’ai appris la patience, car pour la première fois je n’ai pas pu bouger. Ce n’est pas parce que je ne peux pas bouger que je ne peux pas faire autre chose. J’en profite pour revoir mes cours, rédiger mon mémoire de master 2 en marketing vente, une belle échappatoire au patin, explorer des horizons, mes connaissances et réfléchir à d’autres perspectives.

À 26 ans quelle forme prend votre chemin ?

C’est une autoroute américaine à 6 voies (rires). J’ai des buts très précis, je sais où je veux aller, il y a beaucoup d’opportunités. C’est plutôt cool. J’aimerais, par exemple, pourvoir transmettre mes connaissances, motiver, booster. Pour l’ESV, où j’ai fait la majeure partie de ma carrière, c’était difficile de m’accompagner. Comme je voulais continuer de porter la ville et le pays au plus haut, j’ai trouvé la solution et créé Vitry Skating Club (VSC). Il vise à promouvoir le sport de haut niveau dans les domaines de la danse sur glace et du patinage artistique. Une dizaine d’athlètes y sont. Thomas Nabais et sa partenaire Marie Dupayage se sont imposés en danse sur glace, début avril à Villard-de-Lans. Il a décroché le titre de champion de France junior. C’est de bon augure pour la suite en danse.

Ça fait du bien de retrouver Vitry ?

Le voyage permet de voir que l’herbe espérée n’est pas toujours si verte. Oui, je n’oublie pas d’où je viens, même si je m’entraîne aux USA. Vitry reste la ville où j’ai grandi, qui m’a permis de découvrir ce sport. Je garde des liens très étroits avec les personnes qui travaillent à la patinoire, la mairie et les sportifs de haut niveau de Vitry. Je pense aussi aux Fêtes du Lilas, un bon moment pour se réunir, retrouver les Vitriots et, le 6 juin, à l’événement autour du sport et du handisport animé par l’association par Access, où je serai.

 Gwénaël le Morzellec

  

En savoir plus 
Suivre Maé-Bérénice sur facebook

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires