Les petits Vitriots défient l'avenir

Publiée le 02 juin 2021 - Mise à jour le 02 juin 2021

Ils défient l’avenir les petit Vitriots du CM1B de Cachin A. Ils récupèrent et transforment les déchets végétaux en compost pour la jardinière sans engrais chimique, recherchent des solutions solidaires de réemploi... Une grande aventure.

Les élèves du CM1B de l’école Cachin A participent depuis des mois à un passionnant projet qui résonne jusque dans les cuisines familiales : récupérer et transformer les déchets végétaux en compost pour la jardinière sans engrais chimique de l'école… « et ça fabrique de l’oxygène ». Ils participent au concours « Les petits Vitriots défient l’avenir ».

Ce matin-là, leur projet est à l’emploi du temps. « Maîtresse, maîtresse, un collembole ! »Amara très excité, aussitôt cerné par ses 23 camarades, désigne du doigt le phénomène, un gros vers blanc qui se tord pour rejoindre les profondeurs du composteur posé au bord de la cour, aux côtés de plusieurs jardinières déjà bien verdoyantes.

Tous les CM1 et CM2 vitriots « défient l’avenir »

Quelques instants auparavant, en classe, chacun par groupe s’activait avec passion à sa mission. Qui écrire une lettre aux parents « donnez vos déchets à vos enfants pour les mettre dans le composteur ! » Qui demander à l’élue à la Végétalisation, schéma à l’appui, un récupérateur d’eau de pluie pour l’arrosage. Qui finaliser le documentaire rythmé (pour l’académie et la ville). Qui récupérer à l’école ou chez soi les déchets alimentaires.

Écologie et solidarité

C’est dans le bureau de la directrice, à un petit bureau à côté d’elle, qu’un dernier groupe s’applique, touche après touche, à taper sur l’ordinateur une lettre qui réclame au maire l’autorisation de donner les aliments intouchés de la restauration scolaire aux gens dans le besoin, via une association. « Attention, là, tu as tapé un point-virgule ! remarque Louise.

Notre objectif, explique-t-elle avec gravité, c’est aussi de ne pas faire de gaspillage et prendre les fruits qui ne sont pas mangés à la cantine pour les envoyer à une association. »

« Je suis impressionnée, ils se sont vraiment emparés du projet avec pleins d’idées, s’enthousiasme Claire Cochet, leur professeur. Ils se sensibilisent aux problématiques de l’environnement qui se poseront à eux, une fois jeunes adultes. »

Le projet a été enrichi par la présence du responsable de l’animation scolaire du pôle Animation et vie des parcs de la ville et une visite à l’Exploradôme.

Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires