Arrestation et libération de la militante Muna Al-Kurd

Publiée le 07 juin 2021 - Mise à jour le 15 juin 2021

© BBC.com

Militante pour les droits des Palestiniens à Jérusalem-Est, Muna Al-Kurd a été arrêtée dimanche et libérée le soir-même. Le maire, Pierre Bell-Lloch, appelle à la fin de la répression contre les habitants de ces quartiers et réaffirme la nécessité d'enclencher un réel processus de paix.

De nombreux Palestiniens, militants ou civils, sont détenus dans les prisons israéliennes. En 2021, 4 400 prisonniers étaient dénombrés, dont 168 enfants. En 2015, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) évaluait à 850 000 le nombre de Palestiniens ayant été arrêtés et plus ou moins longtemps détenus par les forces israéliennes depuis 1967. Ce chiffre représente presque un quart de la population de la Palestine occupée.

Dimanche matin, c’est Muna Al-Kurd, militante pour les droits palestiniens du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, qui a été arrêtée puis libérée le soir-même. Elle était venue témoigner en visioconférence, le 21 mai dernier, lors de la soirée de solidarité organisée par la municipalité, du quotidien des habitants de son quartier où 28 familles palestiniennes étaient menacées d’expulsion par la justice israélienne :

« Ces familles s’y sont installées depuis 1972 sur la base d’un accord passé entre les Nations unies et la Jordanie qui gérait à l’époque les affaires de Jérusalem-Est, expliquait-elle. Neuf familles ont déjà été expulsées avec l’aval de l’institution judiciaire israélienne. Nous montons la garde devant les maisons concernées en restant pacifiques, quoiqu’il arrive, tandis que le quartier est intégralement bouclé par l’armée israélienne. Nous réagissons par des méthodes de paix et de droit, nous revendiquons nos droits dans nos maisons et sur la terre qui nous a été accordée. »

Son frère, arrêté quelques jours avant, est lui toujours en prison.

« Nous appelons à la fin de la répression contre les habitants de ces quartiers, la fin des expulsions et réaffirmons le droit à la liberté d’informer et de s’exprimer, déclare le maire de Vitry-sur-Seine, Pierre Bell-Lloch, dans un communiqué de presse. Il faut reconstruire le chemin du respect de l'égalité entre les deux peuples afin d'enclencher un réel processus de paix. »

Télécharger le communiqué de presse

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires