Mur/Murs : au Plateau, c’est la chasse aux photos

Publiée le 06 octobre 2021 - Mise à jour le 08 octobre 2021

© Compagnie LU2

Vous connaissez sûrement les albums Panini avec leurs images autocollantes à collectionner. Maintenant, imaginez la même chose avec des photos de votre quartier et de ses habitants… Et hop ! Voilà le street-album, un objet rempli d’histoires et d’histoire, imaginé il y a quelques années par la compagnie lu².

Depuis janvier 2021, la compagnie travaille en collaboration avec la galerie municipale Jean-Collet, le Centre culturel de Vitry, la Semise et le centre social la Maison des Vitry’Haut sur le street-album du Plateau, un recueil de photos prises in situ par Adrien Vautier et d’archives récupérées chez les habitants du quartier. L’idée ? "Se mettre au service du regard de celles et ceux qui y habitent", explique Lucile Rimbert, la directrice artistique.

Une véritable chasse au(x) trésor(s)

Au printemps, les membres de la compagnie sont partis à la rencontre des Vitriots du Plateau pour décider des lieux à faire apparaître dans l’album. Et parmi les photos-archives, quelques pépites…

"Une de mes archives préférées, c’est une dame du 4e étage de Colonel-Fabien qui nous l’a donnée : sur la photo, ils avaient 20-30 ans avec son mari", raconte Pauline, une des membres de la Cie lu².

Que la chasse aux trésors commence ! Parce qu’une fois en main, le street-album est loin d’être complet. Il faut aller récupérer le reste des vignettes dans des lieux "complices" comme le fameux Top Pizza ou la boulangerie-relais du coin.

À la sortie de l’école Eugénie-Cotton, les parents ne cachent pas leur enthousiasme. Une maman, tout sourire, s’exclame : "Vous allez faire des heureux, je sens qu'ils vont vouloir aller tout de suite les chercher !"

Mur/Murs à l’oreille des habitantes et habitants du Plateau

"C’est un projet très positif parce qu’une ville doit être valorisée par ceux qui y habitent, s’enthousiasme Éliane Addo, résidant à Colonel-Fabien et passée sous l’objectif du photographe. Ce sont des choses à perpétuer !"

Le projet s’inscrit ainsi naturellement dans la dynamique du festival Mur/Murs, organisé du 1er au 17 octobre dans toute la ville. "On essaie de s’adapter à l’agenda culturel des quartiers : le but, c’est de construire ensemble des aventures locales lors de temps forts de la ville", explique Célia Van Haarden, coordinatrice de la compagnie.

Clément Aulnette

Si vous n’avez pas pu récupérer votre street-album, rendez-vous auprès des lieux partenaires du festival Murs/Murs. Il est aussi disponible numériquement sur le site streetalbum.fr, l’occasion de jeter un coup d’œil aux créations similaires de la compagnie lu² à Strasbourg et Argenteuil.

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères et les 3 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires