Exposition des jeunes Vitriots pour la Commune de Paris

Publiée le 03 décembre 2021 - Mise à jour le 03 décembre 2021

Pour les 150 ans de la Commune, une exposition de portraits de communards et une fresque réalisées par douze jeunes avec la direction municipale de la Jeunesse, est présentée à l'hôtel de ville jusqu'au 4 décembre.

Environ soixante-dix Vitriotes et Vitriots sont venus découvrir l’exposition installée à l’hôtel de ville le 23 novembre : une fresque et quarante-cinq portraits répartis dans le hall, sur la mezzanine et le long des escaliers y menant.

“Ces communards sont saisissants, on ressent la souffrance qu’ils endurent… a déclaré Luc Ladire, premier adjoint en charge de la Jeunesse. Pour le 150e anniversaire de la Commune de Paris, ce focus n’était pas facile. Il a fallu trouver un passage entre un fait historique passé et le présent.” “Des regards durs, marqués par les difficultés de la vie, que l’on pourrait transposer aujourd’hui avec les personnes précaires, notamment”, a commenté Sandra Bahri, conseillère municipale.

Cette exposition, montée par la ville de Vitry, la direction de la Jeunesse et la mission locale d’Ivry-Vitry, est le résultat du travail de création de douze jeunes, bénéficiant de la garantie jeunes, un dispositif d’accompagnement d’un an mis en place par la mission locale. “Les jeunes ont fait preuve d’inventivité et ont su pousser très loin leurs limites”, s’est enthousiasmé Luc Ladire. 

Des combattants pour la liberté et l’égalité

Le public présent est happé par les regards fiers. Photographiés par Ernest-Charles Appert, qui se définit lui-même comme un peintre-photographe, dans la prison des Chantiers à Versailles, ces femmes et ces hommes ont combattu pour la révolution sociale. Cette période a duré 72 jours et a été marquée par des avancées sociales notables, l’invention du salaire minimum, l’interdiction des amendes qui frappaient les ouvriers pour retards, malfaçons… et l’instauration de la démocratie. 
Les 40 photographies, qui appartiennent au musée Carnavalet (carnavalet.paris.fr photos), ont été restaurées par six jeunes de l’atelier photo avec Michel Aguilera-Munoz en figure de proue. “J’ai effectué le dépoussiérage, j’ai retiré toutes les traces et travaillé avec Lightroom et Photoshop”, a expliqué Aurélien. “Il a fallu 200 heures de travail pour aboutir au résultat que l’on peut admirer aujourd’hui”, a précisé Michel Aguilera-Munoz, qui n’a pas compté les siennes…

Apprendre la Commune de Paris

Une fresque impressionnante, de deux mètres sur deux, réalisée par six jeunes, complète l’exposition. Elle a été l’occasion, pour eux, de se familiariser avec une période de l’histoire qu’ils ne connaissaient pas. “On a dégagé sept thèmes, les évènements, les actions, les réformes, les personnages, les objets, les lieux, les valeurs, ont expliqué Benjamin et Anthony aux visiteurs. Après nos échanges, on a beaucoup appris sur la Commune, on a dessiné, et les street-artistes Tito et Mulk ont validé notre projet.” Et les deux artistes de souligner : “Ces jeunes étaient super-motivés, on leur a juste appris à travailler ensemble. Ils ont classé les mots, sont allés sur la toile, on est très fiers du travail qu’ils ont réalisé”.

Des portraits de communards sont également apposés sur des panneaux de la Maison du tourisme et des projets, à l'angle de la rue Camelinat et de l'avenue du Moulin-de-Saquet, à la gare RER de Vitry sous le pont, devant l'école maternelle Louise-Michel, devant l'école Montesquieu, sur la place de l'Égalité-des-Chances-Sohane-Benziane et devant l'école Jules-Verne.

Christiane Grave
 

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires