Mobilisation pour un plan d’urgence pour l’éducation

Publiée le 27 juin 2022 - Mise à jour le 27 juin 2022

Ce vendredi 24 juin à 18h, le collectif Parents Vitry était sur le parvis de l’hôtel de ville pour exprimer son ras-le-bol et appeler à la mobilisation. Une action en simultané avec les collectifs de parents d’Arcueil, Cachan et Villejuif, pour une même revendication : un plan d’urgence pour l’éducation.

Parents, enfants, enseignants, AESH, citoyens, élus… Devant la banderole « Ensemble pour l’avenir de nos enfants », tous portent un masque emoji en colère. Un signe fédérateur qui fait suite aux bouées, symboles d’une école à sauver de la noyade. « On constate le même problème dans toutes les villes du 94, explique Andrea, du collectif Parents Vitry. Alors on essaie de se coordonner pour faire des trucs sympas même si la réalité est loin d’être drôle. »

La colère dure depuis des mois et n’est pas près de s’attiédir. Le 5 avril dernier, tandis que des parents occupaient l’école Langevin, des policiers étaient intervenus pour les déloger sur demande du Ministère. « On demande des profs, on nous envoie des flics ! » déplore un parent d’élève .

Une situation intolérable et des interlocuteurs irrespectueux, estiment les syndicats et fédérations de parents d’élèves.

"Ce sont 660 professeurs en moins sur l’ensemble du Val-de-Marne, martèlent-ils. Même si on se bat contre les fermetures de classes, il n'y aura personne à mettre devant les élèves…"

Un appel à manifester et une lettre ouverte

Les parents ne sont pourtant pas en manque de propositions. Parmi celles-ci, le lancement d’une campagne massive de pré-recrutement des enseignants.

"Aujourd'hui, il n'y en a aucune de prévue au ministère de l'Éducation nationale. Ça pose un vrai problème" soulignent les représentants de la FCPE 94.

Trois rendez-vous importants ont été annoncés pour soutenir la mobilisation : jeudi 30 juin au marché du 8 mai et samedi 2 juillet sur la Place du Marché, afin de signer une lettre ouverte au Président de la République. Enfin, mercredi 29 juin à 15h où un rassemblement de l’ensemble des collectifs de parents du Val-de-Marne aura lieu devant la DSDEN à Créteil.

"On était ensemble mercredi. On est là ce soir. Et on sera encore ensemble la semaine prochaine pour demander un plan d’urgence pour l’éducation, a déclaré Isabelle Ougier, adjointe au maire déléguée à l’éducation. On est en colère et très inquiets pour la rentrée, alors on reste unis !"

Une mobilisation sur le long-terme

Mercredi 22 juin, une quarantaine de parents d’élèves, d’enseignants et des représentants syndicaux Snudi FO et Snu Ipp FSU avaient en effet protesté devant l’hôtel de ville. En provenance des écoles Henri-Wallon et Louise-Michel, ils avaient fait savoir leur opposition aux fermetures de classes décidés par la SDEN. Soit 10 classes en moins, chiffre qui a grossi au moment même de la prise de parole des syndicalistes. En effet, des informations diffusées sur Internet leur faisaient part du projet de deux nouvelles fermetures, à Langevin élémentaire et à Makarenko maternelle.

En présence du maire, Pierre Bell-Loch, les parents exprimaient « le renoncement à toutes les fermetures de classes après deux années carencées par la Covid ». Les représentants d’enseignants manifestaient la crainte « d’un chaos à la rentrée, avec un niveau bas de 40 % de professeurs admis au concours » et ont réclamé l’ouverture du concours aux étudiants détenteurs de licence.

Gwénaël le Morzellec et Clément Aulnette

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires