Protoxyde d'azote : sa consommation est dangereuse !

Publiée le 11 août 2022 - Mise à jour le 16 août 2022

L'actualité nous le rappelle douloureusement : la consommation de protoxyde d'azote est dangereuse pour la santé, voire mortelle. Elle est d'ailleurs interdite sur la voie publique à Vitry par arrêté du maire. Cet hiver, des jeunes du centre de loisirs de quartier Robespierre ont tourné un film de sensibilisation contre l’usage illicite du protoxyde d’azote.

Vitry n’est pas épargnée par la “mode” du gaz hilarant qui sévit notamment chez les jeunes, en témoigne la dramatique et récente actualité qui a touché la commune... Le protoxyde d’azote, gaz à usage courant comme analgésique en médecine, mais aussi dans les siphons à crème chantilly, est détourné de son usage initial en cuisine ou dans l’industrie, et consommé pour ses propriétés euphorisantes.

Le phénomène prend de l’ampleur depuis quelque temps, non sans conséquence pour la santé des consommateurs : nausées et vomissements, maux de tête, diarrhées, somnolence, vertiges…
À fortes doses, peuvent apparaitre confusion, désorientation, troubles moteurs et troubles neurologiques, jusqu’à une détresse respiratoire pouvant entrainer la mort dans les cas les plus graves.

Pour contraindre l’accès à ce produit et protéger les  Vitiotes et les Vitriots, plus particulièrement les jeunes, le maire, Pierre Bell-Lloch, a pris un arrêté le 12 août 2021 interdisant notamment l'utilisation détournée de ce gaz à des fins récréatives sur l’espace public de la commune.

Les jeunes du centre de quartier Robespierre se sont également saisi du sujet cet hiver en réalisant un court métrage sur les méfaits du protoxyde d’azote. Ce fléau qui sévit parmi les jeunes en particuliers, ils avaient choisi de l’aborder plus que d’autres phénomènes de société encore. Pour cela, Kalil, Dramane, Labedi, Adam, Modibo, Mady et Younès, âgés de 13 à 15 ans, se sont retrouvés régulièrement face caméra dans leur centre de loisirs de quartier pendant les vacances d’hiver.

Un problème de santé publique

« Le protoxyde d’azote, c’est un sujet important, qu’on voit autour de nous », argumente Mady. « On voit beaucoup de choses sur les réseaux sociaux et dans le quartier avec les capsules pas terre », poursuit Labedi. Kalil se souvient d’avoir « visionné des vidéos où certains en prennent et se mettent à rigoler, mais c’est dangereux. Des gens sont handicapés, cela peut monter au cerveau et vous paralyser ».

Une vidéo pour alerter

Pour en parler autour d’eux, ils ont utilisé les mêmes médias vidéo que les consommateurs de ce produit illicite et porteur de risques d’addiction. Dans le court métrage de 8-12 minutes, comédiens, ils incarnent le texte qu’ils ont écrit eux-mêmes. Ils en ont également réalisé l’affiche qui promet : « le proto, c’est pas ton poto ! »

« Les gens sont restés enfermés chez eux pendant la période d’isolement covid difficile, addictes au jeux, entre autres, et j’ai pensé orienter nos ateliers sur les solidarités et les addictions », souligne Abdelhafid Khecha, directeur du centre, marqué par l’arrêté du maire limitant l’accès des mineurs au protoxyde d’azote et sa consommation sur la commune. Pour mener à bien le projet, il a guidé l’atelier d’écriture et, pour les sensibilisations, s’est entouré de spécialistes de la maison de l’addictologie de Villejuif, du service Promotion santé de la ville et, enfin, d’un vidéaste pour le film.

Leur création a été présentée aux 3 Cinés Robespierre le 13 mai.

Gwénaël le Morzellec

Pour contraindre l’accès à ce produit et protéger les Vitriots, plus particulièrement les jeunes, le maire, Pierre Bell-Lloch, a pris un arrêté le 12 août 2021 interdisant :

✔ de vendre ou d’offrir gratuitement du gaz protoxyde d’azote aux mineurs sur la commune ;
✔ aux mineurs d’en posséder sur eux, dans l’espace public de la commune ;
✔ aux mineurs et aux majeurs d’utiliser de manière détournée ce gaz à des fins récréatives sur l’espace public de la commune ;
✔ de jeter ou abandonner des cartouches ou autres récipients sous pression ayant contenu ce gaz sur l’espace public de la commune.

Télécharger l'arrêté permanent (AR20187) portant interdictions liées à la vente, à la détention et à la consommation de protoxyde d'azote.

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 4 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires