Les jeunes en meet-up avec Rim’K

Publiée le 23 janvier 2023 - Mise à jour le 27 janvier 2023

Rim'K entouré des jeunes, de Luc Ladire, 1er maire adjoint, délégué à la Jeunesse et de Leila Touati Assafi responsable du service Ressources Jeunesse © Yann Estève

Près d’une cinquantaine de jeunes ont répondu présents au meet-up avec Rim’K organisé le 13 janvier par la Maison de la jeunesse aux EMA. Le micro a circulé entre les jeunes et le "Tonton" du rap revenu dans sa ville.

Nouveauté à la Maison de la jeunesse, les meet-up, rencontres organisées, mais informelles, qui rassemblent des personnes voulant échanger sur un même thème. Le 13 janvier, la Maison de la jeunesse accueillait, autour d'une vingtaine de jeunes Vitriots, le rappeur Rim’K.

Un cadre intimiste et décontracté

On se serait cru sur un super plateau télé en interview. Sauf que, vendredi 13 janvier, au meet-up organisé par la Maison de la jeunesse, il n’y avait ni claque ni caméra pour saisir l’échange entre Rim’K et une cinquantaine d’ados des centres de loisirs de quartier Robespierre, Montagnards, Moulin-Vert et autant de jeunes adultes.

Le Tonton du rap, distingué d’or et de platine avec le groupe vitriot emblématique 113 et en solo, était là, aux EMA. L’enfant façonné par l’univers interculturel de Vitry, qui a démarré en bas de la cité Camille-Groult et fait connaître la ville et ses habitants dans toute la France, a écouté les questions des jeunes de 15 à 25 ans à propos de ses vingt ans de carrière nationale et internationale.

As-tu un label ? Été jalousé ? Tes amis le sont-ils restés ? Est-ce compliqué d’évoluer dans la musique quand on est issu d’une minorité ? Avez-vous aimé réalisé toutes vos collaborations ?  Comment a réagi ta famille ? As-tu eu un boulot à côté de ton activité artistique au début ?

"C’est important de savoir ce qui fait sens, comment l’on devient artiste, de s’inspirer du parcours des autres pour aller au bout de soi-même", indiquait Luc Ladire, premier adjoint au maire, délégué à la Jeunesse.

Le pionnier du rap en France, qui envoie toujours ses sons dans les oreilles des amateurs d’aujourd’hui et qui s’aventure vers une 2e ou 3e carrière d’écrivain scénariste pour la bande dessinée et le cinéma, leur a répondu, jouant le jeu sans emphase.

"La jalousie, ça arrive parfois sur les réseaux quand quelqu’un parle mal de toi, et la meilleure des réponses c’est d’ignorer… Entre amis, nos vies privées à chacun ont pris plus de place, on n’a plus trainé tard dans la cité, mais dans l’ensemble, on est restés amis… Au début, beaucoup de clichés nous ont collé à la peau, les gens ont peur de l’inconnu, puis ils se rendent compte qu’on se ressemble, on a un cœur comme eux… Quand mes parents m’ont vu à la télé, ils ont compris que c’était mon métier… À la sortie de notre 1er album, à 19 ans, j’étais trop jeune pour travailler : on était tout le temps à la MJ à apprendre la photo et la vision artistique ou à rapper très souvent."

Une rencontre sous le signe du partage et de la découverte

"Les jeunes sans exception ont écouté avec attention et préparé leurs questions à Rim'K avec professionnalisme et envie, indique Leïla Touati Assafi, responsable du service Ressources jeunesse. Ils ont tous apprécié ce moment de proximité privilégié avec l'artiste et l'échange qui s'est créé naturellement. Chacun s'est pris au jeu de l'interview et de la séance photo à la fin. Leur donner la parole et leur permettre de se sentir écouter fut une belle expérience qui sera renouvelée. Ils attendent le second meet-up avec impatience."

 

Gwénaël le Morzellec

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires