Microforêt urbaine à Vitry : ça pousse !

Publiée le 29 novembre 2023 - Mise à jour le 29 novembre 2023

© Denis Meyer

Le 25 novembre, Vitry-sur-Seine a célébré l’émergence de sa première microforêt urbaine. Zoom sur cet événement, aussi joyeux qu’essentiel pour s’adapter aux changements climatiques.

Unis dans la terre

Quai Jules-Guesde, sous le soleil. Une cinquantaine de Vitriots ont répondu à l’appel de la municipalité et de la direction Espaces verts de la ville : c’est la première plantation participative d’une microforêt urbaine. Cette initiative s’inscrit directement dans la stratégie des « 1 000 arbres en plus d’ici 2026 ». Alors oui, on va en planter des arbres… mais pas n’importe comment :

« Quand un arbre prend racine, c’est pour quatre-vingts ans. Alors, autant qu’il se trouve au bon endroit ! » explique Faustine Clair, directrice Espaces verts.

Parents, enfants, représentants d’organismes et d’associations… tout le monde enfile des gants, prend une pelle, et s’y met. Entre deux cafés chauds, on creuse, on patouille, on fait la connaissance de quelques vers de terre. Surtout, on ne ménage pas ses efforts : 700 baliveaux (bébés arbres) soir l'équivalent de 230 arbres au long terme doivent prendre racine ce matin-là.

Stratégie verte pour avenir florissant

L’événement est festif ; mais la démarche, elle, est mûrement réfléchie. Cette microforêt urbaine, c’est une des réponses de la ville aux défis du changement climatique. Salima Souih, adjointe du maire, déléguée aux Espaces verts et parcs urbains, à la végétalisation du domaine public et la préservation de la biodiversité, explique :

« Le quartier du Port-à-l’Anglais est très industrialisé. À travers cette démarche, nous avons plusieurs objectifs : varier les strates végétales, renforcer le corridor écologique, favoriser la biodiversité, et atténuer les îlots de chaleur. »

Il faut dire que la collectivité vise à augmenter son patrimoine arboré de 15 % d’ici 2026. On peut bien faire ce cadeau aux générations futures, non ? Car oui, chaque citoyen, à travers cet effort participatif, contribue à bâtir un avenir plus vert pour ceux d’après.

« Chaque arbre planté, c’est la promesse d’une ville plus durable », rajoute Abdallah Benbetka, adjoint au maire délégué aux Transports, à l’économie sociale et durable, au tourisme.

En somme, la première pierre d’une métamorphose, où la nature reprend sa place au cœur de la cité.

Nina Senoyer

Plantation de la microforêt urbaine sur les berges de Seine

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires

Partager sur :

FacebookTwitter

Envoyer :

Envoyer