100 arbres dans la cour de Victor-Hugo

Publiée le 08 avril 2024 - Mise à jour le 10 avril 2024

Toufik Oulmi

Jeudi 4 avril avait lieu la 2e plantation participative de Vitry-sur-Seine, dans le cadre de la stratégie des "1 000 arbres en plus d’ici 2026". Mais cette fois-ci, ce sont des écoliers qui ont mis la main à la terre.

Bottes pour tous, et tous en bottes

Il pleut des cordes, mais qu’importe : aujourd’hui, les élèves de l’école primaire Victor-Hugo vont planter 100 arbres dans leur cour. Tout le monde a mis ses plus belles bottes pour l’occasion. Les élus, comme les enfants. L’excitation plane chez les petits Vitriots :

« Pour s’assurer que tous les enfants puisse planter un arbre, on a décidé de mettre en place une sorte de parrainage », explique Julie Favoccia, la directrice. « Un élève de CM1 s’occupe de 2 CP. »

Alors on sort les râteaux, les pelles, et c’est parti. Pendant que certains jardinent, d’autres assistent, attentifs, à un mini cours sur la biodiversité. L’occasion pour eux de poser des questions. Qui vit dans les arbres ? Et puis, à quoi ça sert au juste, un arbre ? « À faire des fleurs. » répond joliment une élève de CP.

Des arbres pour les générations futures

Mais organiser cette plantation dans une cour d’école, c’est loin d’être anodin. Car oui, l’été… le soleil tape fort sur le béton. Ces nouveaux arbres serviront donc à absorber la chaleur, parfois difficile à supporter pour les élèves. Salima Souih, élue en charge des Espaces verts, leur explique :

« Les arbres sont les superhéros de la nature. Ils rendent notre ville plus belle et plus accueillante pour tous. »

En plantant ces baliveaux, les enfants agissent pour leur avenir, et ceux qui viendront après eux. C’est un cadeau spécial pour la ville. La voilà plus propre, plus fraîche. Et la vie des citadins, plus douce.

« Vous êtes les gardiens de ces arbres et de notre planète. Aujourd’hui, vous faites quelque chose de très important. Et nous vous remercions. »

Bientôt, quelques moutons viendront même tenir compagnie aux petits élèves de Victor Hugo. La nature n’a pas fini de s’inviter en ville. Quelle bonne nouvelle, non ?

Nina Senoyer

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 2 premiers caractères et les 2 derniers caractères de la série.

*Champs obligatoires

Partager sur :

FacebookTwitter

Envoyer :

Envoyer