Les associations sur le pont

Publiée le 29 avril 2020 - Mise à jour le 01 mai 2020

Lol’idays a rouvert son épicerie solidaire, dans le respect des distances, afin de reprendre la distribution de denrées aux familles. © Sylvain Lefeuvre

La solidarité s'organise dans toute la ville grâce aux associations, dont les membres ne comptent ni leurs heures, ni l'énergie dépensée pour apporter aide et soutien à ceux qui en ont besoin.

Dons alimentaires

Les bénévoles ne chôment pas non plus. Sabah Chergui répond au volant de sa voiture. Elle va livrer un colis à une famille. Depuis deux semaines, l'ASCV, l'Association sportive et culturelle de Vitry, dans le quartier Commune-de-Paris, organise un “relais solidaire” avec collecte alimentaire et distribution aux personnes démunies, sur rendez-vous, pour ne pas prendre de risques. “Nous avons pu aider, par exemple, une personne en fauteuil bloquée chez elle, une maman de 8 enfants, 2 jeunes précaires et des résidents du foyer malien.” Ramouna Brahimi, la trésorière de l'association, salue les gestes de générosité. Un commerçant a déchargé au local un camion entier de quatre-quarts, croissants et pains au chocolat.

De son côté, Lol’idays a rouvert son épicerie solidaire, dans le respect des distances, afin de reprendre la distribution de denrées aux familles. Plusieurs autres collectes sont organisées, notamment par l’association Réchauffons corps et cœurs, la CNL avec ses paniers solidaires ou encore les Jeunes solidaires qui rassemblent des dons pour le Secours populaire.

 

Aide aux devoirs

Cette même association, créée par des étudiants, propose également ses services gratuits d’aide aux devoirs en ligne, à partir de la classe de troisième. Tchat instantané, séance individuelle, tableau partagé en Powerpoint, maths, français, langues, histoire, philosophie, sciences… La trentaine de lycéens, d’étudiants et de professeurs bénévoles qui ne peut organiser l’aide aux révisions comme tous les ans à la bibliothèque, n’en poursuit pas moins sa mission : lutter contre l’échec scolaire, le décrochage, œuvrer pour la réussite de tous. “Une action citoyenne et solidaire qui vise à combattre les inégalités”, résume son président, Samuel Gaël Komesha.

Dans le quartier Commune-de-Paris, l'équipe de l'Espace les Monis garde aussi le contact avec ses adhérents sur Internet. La page Facebook propose des activités à la maison, et un groupe Snapchat a été spécialement créé pour les adolescents. “Nous veillons au respect des règles de confinement, explique Éva Grecale, la coordinatrice. C'est dur pour eux de ne pas être dehors avec les copains, même s'ils sont habitués à cet univers virtuel.”

Sur la dalle Robespierre, l'association les Couleurs de la dalle, qui accompagne d'habitude une trentaine d'élèves pour leurs devoirs, du primaire à la 6e, veille à la continuité pédagogique, alors que l'école à la maison se poursuit. Djamila Tamarat, la présidente, signale que PoleS, l'école du web, peut prêter un ordinateur aux familles qui ne seraient pas ou mal équipées, avec connexion Internet. Des enfants sont également venus, à la porte et à distance, chercher des jeux de société. La présidente, qui d'habitude surveille la cantine ou les études du soir dans les écoles de Vitry, est confiante : “Nous allons y arriver, la solidarité va fonctionner”.

 

Couture

Pour preuve : dans tout Vitry, la confection de masques lavables se poursuit. Les bénévoles de l’ASCV, de la CNL, de Couture en mieux ou encore de l’Association de quartier du Port-à-l’Anglais en ont déjà cousu plusieurs centaines. Nadia Boucheta participe d’habitude à l’atelier couture hebdomadaire, au centre de quartier rue Pasteur. Bibliothécaire à la BNF, elle profite de ses pauses de télétravail ou des devoirs des enfants pour retrouver sa machine. Sa mission du moment : fournir, avec d’autres, une centaine de surblouses lavables au personnel de l’EHPAD de Vitry, qui devait parfois se contenter de sacs poubelles… Nadia a eu la bonne idée de recycler d’anciennes chemises d’homme, qu’elle modifie et rallonge. Une tenue bariolée sur laquelle elle laisse sa signature de couturière : au dos, un cœur en tissu recyclé, avec un masque... de super héros !

 

Lucie Darboi

A lire également :

Travailleurs sociaux : maintenir le lien

Malgré le confinement, les travailleurs sociaux restent au service des habitants pour éviter que la crise sanitaire n'engendre une crise sociale.

 

Associations

  • Les Couleurs de la dalle, permanence tél. mardi et jeudi 15h-17h – 01 43 91 58 77
  • Espace Les Monis, permanence tél. lundi au vendredi 10h-12h30 et 14h-17h – 07 78 28 33 88
  • Lol’idays - épicerie solidaire - 17, rue Constant-Coquelin - 01 71 56 99 93 – site
  • ASCV - relais solidaire - 11h-13h et 16h-20h, dons le matin et distribution de colis alimentaires l'après-midi, sur rendez-vous au 07 81 35 44 90
  • Jeunes solidaires - Jeunes’s 94 - Instagram : jeunes_solidaires - Snap : jeunes_S94
  • CNL - 01 46 81 42 33 - email
  • Association de quartier du Port-à-l’Anglais - 06 01 21 37 01 - email
  • Réchauffons corps et coeurs - email
  • Couture en mieux - 06 68 23 27 61
 
  • Mme Tamarat le 01/05/2020 à 05:31

    Je tenais à remercier la rédactrice de ce bel article démontrant la participation de nos associations sur le terrain même pendant cette crise sanitaire très difficile en leur ramenant un peu de chaleur dans leur cœur ????.et Vive la solidarité, tous ensemble on gagnera !!!!Lire la suite

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires