Collège Chérioux en grève

Publiée le 08 septembre 2020 - Mise à jour le 08 septembre 2020

Une grève au collège Chérioux a, le 7 septembre, mis en lumière des élèves trop nombreux en 6e après une fermeture de classe. À savoir encore : en primaire, on déplorait toujours lundi l’absence de direction à l’école maternelle Wallon.

Hier, lundi 7 septembre à 13h, devant le collège Chérioux, une trentaine d'enseignants et d’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) se sont mis en grève sous une même banderole « nos élèves ne sont pas des sardines ». Les parents et les enseignants avaient pourtant pris les devants en rencontrant en juin dernier la direction académique des services de l'Éducation nationale afin d'éviter cette situation, mais sans succès.

Pas des sardines

« C'est un collège en grande mixité sociale, qui accueille des élèves allophones, en classe UPE2, et en situation de handicap, en classe ULIS. L'établissement est sorti du dispositif de réseau d'éducation prioritaire, et nous nous attendions à des changements... mais là, c'est brutal », commente, atterrée, Céline Latil, présidente du conseil local de la FCPE, l'association des parents d'élèves.

« Nous sommes toujours en zone urbaine sensible et politique de la ville, rappelle Gabriel Holard, représentant du syndicat enseignant SNES-FSU et professeur de mathématique au collège Chérioux. Après cette période de confinement qui a déjà pénalisé les enfants, nous avions hâte de les retrouver, mais pas dans ces conditions ! Comment pouvons-nous travailler à transmettre des savoirs ? Et je ne parle même pas des protocoles sanitaires à appliquer « si possible », parce qu'à 30 par classe et en ajoutant les AEHS qui accompagnent les enfants en situation de handicap, l'espace est surchargé. »

Mobilisation des parents le 9 sptembre

Les élus du département et de la ville sont venus témoigner de leur soutien à un enseignement public de qualité.

« Je considère qu'au-delà de 25 élèves par classe on dégrade les conditions d'apprentissage, et pire, on garantit les conditions de la dégradation », a commenté le maire, Pierre Bell-Lloch. Evelyne Rabardel, vice présidente au conseil départemental a adressé par courrier à la directrice académique, sa vive préoccupation" de voir "le maintien de 5 classes de 6e" et la classe Cham perdurer.

Cette mobilisation, qui alerte également sur la situation des classes CHAM (à horaires aménagées musique) dont les effectifs ont été diminués par le refus des dérogations nécessaires, apparaît comme le départ d'un bras de fer avec l'État. Les enseignants comptent rallier à leur combat les parents, qu'ils rencontreront demain lors de la réunion traditionnelle de rentrée des 6es. En outre, rappelle la représentante des élèves, à l'initiative de nombreux organismes, dont la FCPE 94, un rassemblement est organisé à Créteil, ce mercredi 9 septembre à 17h30, devant la direction académique, pour, notamment, demander l'annulation des fermetures de classe.

À savoir encore, la protestation des enseignants et parents en primaire, lundi soir, contre l’absence de direction d’école à la maternelle Wallon.

Sylvaine Jeminet

 

A lire aussi : 
Constats de rentrée 2020
> Rentrée scolaire 2020

 

Soyez le premier à réagir à cet article

 
Laisser un commentaire
Validation *

À des fins de sécurité, veuillez selectionner les 3 premiers caractères de la série.

*Champs obligatoires